BFMTV

Les actes de cruauté envers les animaux en forte hausse

Selon une note de la gendarmerie nationale citée par Le Parisien, 9504 infractions pour maltraitances envers des animaux ont été enregistrées en 2018.

9504 infractions ayant trait à des actes de cruauté envers les animaux ont été enregistrées en 2018, selon une note de la gendarmerie nationale citée par Le Parisien. Par ces délits, le quotidien relève ainsi des actes graves tels que des "privations de nourriture, d'abreuvement ou de soins" et le "maintien dans un habitat ou un environnement pouvant être cause de souffrance".

À Plaisir, dans les Yvelines, le chien Melvin a été recueilli par la Société protectrice des animaux (SPA) en janvier dernier. Le canidé était battu par son maître. Afin de pouvoir à nouveau s'approcher de l'Homme, il a dû suivre une thérapie. "Il a énormément progressé chez nous et il arrive maintenant à nous faire confiance", salue Marie-Laure Caron, la responsable du refuge, sur notre antenne.

Hausse parallèle des signalements

Si le nombre d'actes de cruauté est en hausse, celui des signalements pour ces mêmes agissements l'est également. "On a de plus en plus de signalements de personnes qui dénoncent de la maltraitance, donc je pense que les gens sont de plus en plus sensibles à la protection animale", salue Marie-Laure Caron.

Mais au problème d'augmentation des actes de cruauté s'ajoute un autre point épineux, concernant cette fois la capacité d'accueil des refuges de la SPA:

"On est actuellement à environ 4500 animaux, avant l'été, sachant que nous recueillons pendant les trois mois d'été environ 11 à 12.000 animaux, presque le tiers des animaux que nous recueillons chaque année", détaille au micro de BFMTV le président de la SPA, Jacques-Charles Fombonne.

Passible de 2 ans de prison et 30.000 euros d'amende

Les actes de cruauté et sévices commis à l'encontre des animaux sont punis par le code pénal. Ils sont passibles de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

Camila Giudice et Camille Rivollet avec Clarisse Martin