BFMTV

Légionellose à la Madeleine : « Pas de panique »

41 sites aéroréfrigérants vont être inspectés dans un périmètre autour du quartier

41 sites aéroréfrigérants vont être inspectés dans un périmètre autour du quartier - -

Sept cas de légionellose se sont déclarés dans le 8ème arrondissement de la capitale. Les autorités en cherchent la source et se veulent rassurantes.

De nouveaux prélèvements vont être effectués ce lundi matin dans le 8ème arrondissement de Paris pour tenter de trouver l'origine de la contamination à la légionellose qui a touché sept personnes depuis le 18 septembre. 20 sites aéroréfrigérants autour de la Madeleine vont être analysés par les services techniques de la préfecture de Paris. 21 autres sites ont déja été analysés dans un premier temps, mais leurs résultats se sont révélés négatifs.

Légionellose : symptomes et traitement
La légionellose est une infection pulmonaire provoquée par une bactérie qui se développe principalement dans les réseaux d'eau (douches, etc...) et les climatisations (aéroréfrigération). La légionellose, qui n'est pas contagieuse, est mortelle dans 10 % des cas. Elle se traite par antibiotiques et les symptômes ressemblent à une forte grippe ou à une pneumonie (fièvre, maux de tête, toux, douleurs musculaires...). Les personnes affaiblies et fragiles (personnes agées, nourrissons) sont les plus exposées.

Dimanche soir, six des sept personnes contaminées étaient en voie de guérison. Le dernier patient demeurait en réanimation dans un état jugé stationnaire.

Des analyses en cours
Pour résumer, ces analyses consistent à faire le tour des toits des immeubles concernés. Plusieurs techniciens de la préfecture de Paris vont venir prélever quelques gouttes d'eau sur la vingtaine de sites qui n'ont pas encore été contrôlés. Parmi ces sites, il y a le Grand Palais et ses 11 tours aéroréfrigérantes à lui tout seul.

« Pas d'affolement »

Les échantillons prélévés seront ensuite analysés, mais les résultats ne seront pas disponibles avant 15 jours. En attendant, pas d'affolement : « il n'y a aucune raison de s'affoler » selon Philippe Coste, le directeur de la DDASS 75 (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). « On trouvera la source, ou on ne la trouvera pas, mais en tout état de cause on aura la certitude qu'il n'y a plus de contamination possible », explique-t-il. Et de conclure, comme il le déclarait hier au quotidien 20 minutes : « Il y a moins de risque d'attraper la légionellose... que de gagner au loto ».

La rédaction et Annabel Roger