BFMTV

Le premier mariage gay de France scellé à Montpellier

Vincent et Bruno sont entrés dans l'Histoire mercredi 29 mai 2013 à 18h en devenant les premiers mariés homosexuels de France.

Vincent et Bruno sont entrés dans l'Histoire mercredi 29 mai 2013 à 18h en devenant les premiers mariés homosexuels de France. - -

Vincent et Bruno se sont dit « oui » mercredi à 18h, devant quelque 500 invités rassemblés dans la grande salle de réception de la mairie de Montpellier, pour un moment historique : le premier mariage homosexuel en France.

« Vous êtes unis par les liens du mariage ». Par ces quelques mots solennels, Hélène Mandroux, la maire de Montpellier, a officiellement scellé l'union de Vincent et de Bruno, qui se sont dit « oui » ce mercredi à 18h dans la grande salle des mariages de la mairie de Montpellier, entrant ainsi dans l'Histoire : il s'agit bien du premier mariage homosexuel en France.
Vincent Autin, 40 ans, et Bruno Boileau, 30 ans, en couple depuis bientôt sept ans, veulent croire que cette union calmera enfin les tensions, onze jours après la promulgation de la loi Taubira. « Après la haine, il est temps de parler d'amour », plaident-ils.

Une cérémonie en présence de Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem a été très applaudie à son arrivée vers 17h30 dans la salle des rencontres de la mairie. 500 invités ont assisté à la cérémonie dont 200 proches du couple, famille et amis.
Mercredi matin à Paris, la ministre des Droits des femmes avait tenu à réaffirmer qu'elle assisterait au mariage « à titre privé » et par des moyens « évidemment privés ». Venue en septembre à Montpellier dans le cadre de sa mission de lutte contre les discriminations, c'est Najat Vallaud-Belkacem elle-même qui avait proposé aux deux hommes d'être les premiers mariés homosexuels.

Un « moment de fête » ...

La mère de Vincent Autin, vêtue d'une robe rouge et d'une veste bleue, et son mari d'un costume gris, étaient entourés pour la cérémonie de leurs filles et petite-fille, de blanc vêtue. « J'ai plein de bonheur dans le coeur. Je suis heureuse. Je n'en peux plus tellement je suis heureuse », a confié Evelyne Autin, la maman.
La mère de Bruno Boileau, veste rose et jupe blanche, s'est dite impressionnée. « On a peiné pour arriver là », a-t-elle confié au bord des larmes. Pour elle, « c'est un moment de fête. Je me souviendrai toute ma vie du mariage de mon fils ». Plusieurs élus étaient présents, avec leur écharpe tricolore, comme le député EELV Jean-Louis Roumégas ou le maire PS du 4e arrondissement de Paris, Christophe Girard. Au total, plus de 230 journalistes du monde entier ont été accrédités, pour Al Jazeera, CNN, TV Rossia 1, des journaux japonais, britanniques, suisses. De nombreux militants de la cause homosexuelle s'étaient massés pour cette occasion historique à l'extérieur de la mairie, tandis que des couples gays et lesbiens s'embrassaient au milieu des cris de joie.

... et un plaidoyer pour la tolérance

Hélène Mandroux, la maire socialiste de Montpellier, est en pointe depuis des années sur le mariage homosexuel. « Ce jour vous l'avez rêvé, et ce jour devient une réalité. Vincent, Bruno, nous allons, vous allez vivre un moment historique. Un moment historique pour notre pays, pour notre République », a déclaré l'élue aux jeunes mariés en entamant la cérémonie, avant de prononcer un discours évoquant largement les valeurs de tolérance.
Il a suffi ensuite de deux questions : « Vincent Autin, voulez-vous prendre pour époux Bruno Boileau ? », puis « Bruno Boileau, voulez-vous prendre pour époux Vincent Autin ? »... Deux questions ponctuées de deux « oui », pour sceller ce tout premier mariage homosexuel en France, sous une salve d'applaudissements. A leur entrée, déjà, les deux hommes, visiblement émus, l'un porteur d'un noeud papillon, l'autre cravaté, avaient été très longuement acclamés, main dans la main, au son de Love de Nat King Cole.

Une cérémonie retardée après un appel anonyme

Après un appel anonyme peu avant la cérémonie, la police avait dû procéder à une fouille de la mairie, restée ouverte au public. Entre 50 et 100 policiers avaient été mobilisés et un escadron de 80 gendarmes mobiles placé en réserve pour faire face à d'éventuels incidents, le gouvernement ayant répété qu'il ne tolérerait « aucun trouble à l'ordre public ».
Ex-égérie du collectif « La manif pour tous », Frigide Barjot a annoncé à Paris la création d'un nouveau mouvement, en demandant de ne pas manifester contre ce mariage : « Je souhaite aux deux mariés tous mes voeux d'engagement, de bonheur et de fidélité ». Après la cérémonie, les mariés et leurs invités se sont retrouvés pour une fête en privé. Avec en dessert une pièce montée blanche ornée de deux anges.

La Rédaction avec AFP