BFMTV

La ligne "dure" des gilets jaunes se fait entendre avant samedi

Des manifestants construisent une barricade à Paris, le 1er décembre 2018.

Des manifestants construisent une barricade à Paris, le 1er décembre 2018. - Abdulmonam Eassa - AFP

Tout en se défendant de vouloir "casser" lors de la prochaine grande mobilisation des gilets jaunes samedi, certains protestataires se montrent beaucoup plus virulents en ligne.

Depuis le début, le mouvement des gilets jaunes se distingue par la variété de ses membres, l'absence de représentants et la difficulté même de désigner des porte-paroles en mesure de s'exprimer au nom de tous.

Deux lignes semblent aujourd'hui émerger. D'un côté les "gilets jaunes libres", incarnés entre autres par Jacline Mouraud et Benjamin Cauchy, qui veulent une "colère constructive" et dialoguer avec le gouvernement afin de trouver "une porte de sortie" - comme ils l'expliquaient dans une tribune dans le JDD le 1er décembre.

Même si Christophe Chalençon, l'un de leurs porte-paroles, appelle à la démission du gouvernement et verrait bien le général De Villiers à la place d'Edouard Philippe, leur ligne reste modérée. Si les "gilets jaunes libres" se disent toujours insatisfaits même après la suspension de la hausse des taxes sur les carburants, Benjamin Cauchy a appelé à continuer la mobilisation via "des rassemblements pacifistes, dans le respect des biens publics et de l'ordre".

Autre son de cloche du côté d'Eric Drouet, l'un des premiers à avoir lancé l'idée d'une mobilisation le 17 novembre.

"Samedi ce sera l'aboutissement final. (...) Il faudrait vraiment que samedi on soit tous unis jusqu'au bout et qu'on aille tous en direction de l'Élysée", expliquait-il récemment dans une vidéo postée sur Facebook.

Des propos sur lesquels il a été interrogé mercredi soir sur notre plateau. "Vous arrivez dans l'Elysée vous faites quoi?" "Bah on rentre dedans", maintient-il. "C'est le symbole de la République, les gens veulent y aller c'est tout, pour être écoutés."

"Si les forces de l'ordre sont vraiment fatiguées, à un moment elles laisseront passer"

"Si les forces de l'ordre sont vraiment fatiguées et peuvent plus, à un moment donné ils ne pourront pas refuser quoique ce soit, à un moment donné ils laisseront passer", répondait-il à un de ses internautes dans son live Facebook, questionné sur l'accès au palais présidentiel.

Dans une nouvelle vidéo postée ce jeudi, il revient cependant ses propos, assure n'avoir "jamais cassé sur une manifestation". "C'est pas demain que ça va commencer, je suis toujours accompagné de ma mère, on subit plutôt qu'on casse", a-t-il déclaré.

"Je dis juste qu'il faut y aller pacifiquement et continuer notre marche. Casseurs il y aura s'il y aura, on ne les appelle pas à venir avec nous. Première manifestation ça s'est très bien passé, on était à 200m de l'Elysée, y'a pas eu de casse", a-t-il souligné.

Son groupe "La France en colère !!!" est l'un des trois les plus actifs sur Facebook, aux côtés de "💥Gilet Jaune💥" et "Gilet jaune", comme le décryptait BFMTech ce mercredi. Beaucoup d'utilisateurs appellent à des démonstrations pacifiques et à éviter les violences samedi. Néanmoins, on peut aussi y retrouver de nombreux commentaires haineux contre l'action du gouvernement, les forces de l'ordre ou les médias, jusqu'à demander la chute de certaines institutions.

Alexis Robert