BFMTV

La Cour des comptes dévoile son rapport sur la sécu

-

- - -

La Cour des comptes a livré son rapport annuel sur la sécurité sociale ce mardi matin. Pour économiser, les magistrats préconisent une meilleure régulation du secteur optique et davantage de chirurgie ambulatoire.

La Cour des Comptes présente ce matin à 10 heures son rapport annuel sur la sécurité sociale. Les magistrats, une fois de plus, pointent les incohérences de notre système de protection sociale, et les économies qui pourraient être faites.

Dans leur ligne de mire : le prix des lunettes, deux fois plus chères que dans les autres pays européens. Les magistrats estiment que le secteur n'est pas bien régulé et qu'il faudrait mieux réglementer la profession d'opticiens. Une des pistes évoquées pourrait être la suppression complète du remboursement par la sécurité sociale et les confier en totalité aux mutuelles.

>> Sécu : dérembourser l'optique ?

« Des marges trop importantes »

Actuellement, la Sécu rembourse environ 4% du prix de vos lunettes (de 2 à 14 euros environs par paire), les mutuelles à hauteur de 68%. En moyenne une paire de lunettes coûte 350 euros en France, c'est l'un des pays les plus chers d'Europe. A titre d'exemple, en Allemagne elles coûtent en moyenne 200 euros. Il y a 12 000 magasins d'optique en France.

Selon Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Mutualité française, les marges des opticiens pourraient être réduites : « On vend aux gens des techniques de plus en plus importantes alors qu’ils n’en ont pas vraiment besoin. Par exemple, on prescrit des lunettes progressives, des lunettes anti-rayures, il y a un suréquipement technologique. Ensuite, on voit qu’il y a des marges trop importantes qu’il faut absolument maîtriser. Tous les rapports montrent qu’en moyenne dans un magasin d’optique en France, on vend 2,7 paires de lunettes par jour, ce qui n’est pas beaucoup et ce qui permet pourtant la multiplication des magasins d’optique, ce qui montre qu’il y des grosses marges sur le prix des lunettes et qu’on peut modérer afin que tout le monde puisse acheter les lunettes ».

« Une niche énorme »

L'autre proposition des magistrats concerne la chirurgie ambulatoire. Elle permet au patient d'entrer le matin à l'hôpital, d'être opéré dans la journée et de rentrer chez lui le soir. « Nous hospitalisons 2-3 fois plus que dans les pays européens qui nous entourent qui pratiquent déjà la chirurgie ambulatoire, explique Gérard Bapt, député socialiste de Haute-Garonne et rapporteur du projet de loi de financement de la sécurité Sociale 2013. Si on prend le cas de la hernie, les chiffres du coût moyen sont d’un côté 2000 euros lors qu’il y a hospitalisation, de l’autre 1600 euros lorsqu’il y a chirurgie ambulatoire, cette niche est énorme. Elle économiserait des charges pour l’assurance maladie mais aussi pour les organismes complémentaires et pour le reste qui est à la charge des patients ».

40% des opérations de chirurgie se font en ambulatoire en France alors qu'on pourrait en réaliser au moins 75%, estime la Cour des comptes.

Parmi les autres propositions de la Cour : réglementer le transport sanitaire, baisser les coûts des hôpitaux ruraux. Les magistrats ont également dans leur collimateur les mutuelles étudiantes.

La rédaction avec C. Gauthier et S. Collié