BFMTV

L’Assemblée accouche du mariage pour tous dans la douleur

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, tout sourire après l'adoption de la loi sur le mariage pour tous.

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, tout sourire après l'adoption de la loi sur le mariage pour tous. - -

Le mariage pour tous a été adopté par l’Assemblée nationale. Une loi largement votée par la majorité des députés, mais les débats auront été houleux jusqu’à la dernière minute, deux opposants essayant même de perturber la session quelques secondes avant le vote.

"Egalité! Egalité!" À gauche de l’hémicycle, les députés exultent: l’Assemblée vient de voter le mariage et l’adoption pour tous à une large majorité après 136 heures et 46 minutes de débats, avec 331 votes pour et 225 votes contre. Le président de l’Assemblée, Claude Bartolone l’a annoncé solennellement: "l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe". Cette dernière journée de débats aura été marquée par des interventions passionnées, à droite comme à gauche, qu’on soit pour ou contre.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a vivement réagi alors qu’il était interpellé sur la violence avec laquelle le gouvernement imposait cette loi: "De quelles violences parlez-vous?", a-t-il rétorqué. "De quelles violences parlez-vous? Sinon de celles qui s'en prennent à des couples homosexuels, à des couples gay ou à des lesbiennes, à Lyon, à Bordeaux, à Nice, à Lille et à Paris?", s’est-il emporté.

"Les premiers mariages seront beaux"

La ministre de la Justice Christiane Taubira, qui a défendu la loi devant l’Assemblée, s’est montrée toujours aussi en verve, en oratrice hors-pair et passionnée: "C'est un texte généreux, c'est un texte d'égalité. C'est un texte qui ouvre une grande et belle institution républicaine à certains de nos concitoyens dont la citoyenneté n'était pas pleinement reconnue", a-t-elle lancée, lyrique, aux députés. "Les premiers mariages seront beaux", a-t-elle ajouté. "Ceux qui contestent aujourd’hui seront sûrement confus d’être saisis par l’émotion des mariés et de la joie des familles".

Du côté des opposants, Hervé Mariton, député UMP qui s’est illustré pour sa vive opposition au projet de loi depuis le début des débats, a poursuivi sur la même ligne, accusant le gouvernement de "surdité" face au "soulèvement d’un peuple généreux". "Vous refusez le référendum, vous vous défiez du peuple, le peuple se défie de vous", a-t-il regretté.

"Sortez-moi ces excités!"

Huées, applaudissements et invectives auront ponctué les discours des uns et des autres jusqu’à la dernière minute, obligeant Claude Bartolone à plusieurs rappels à l’ordre. Quelques secondes avant le vote, deux personnes qui assistaient aux débats depuis la tribune publique ont même essayé de perturber la session en déroulant une banderole anti-mariage homo.

Furieux, Claude Bartolone a demandé qu’on les évacue: "Sortez-moi ces excités de l’Assemblée. Les ennemis de la démocratie n’ont rien à faire dans l’hémicycle!". Quelques secondes plus tard, c’est avec un large sourire et une sérénité retrouvée qu’il annonçait, sans surprise, l’adoption de la loi sur le mariage pour tous.


À LIRE AUSSI:

>> L'Assemblée adopte définitivement le mariage homosexuel

>> Revivez la journée du vote solennel à l'Assemblée nationale

>> Mariage homo: le Conseil constitutionnel peut-il retoquer la loi?

>> Mariage Homo: le doigt de Guaino ripe sur le bouton "Pour"

Thomas Roure (article) et Frédéric de Lanouvelle (sujet vidéo)