BFMTV

Toulouse: deux tableaux d'un artiste vietnamien retrouvés par hasard et vendus 300.000 euros

Image d'illustration - une vente aux enchères

Image d'illustration - une vente aux enchères - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

En faisant évaluer des objets hérités de ses grands-parents, un Toulousain est tombé sur deux tableaux de Vu Cao Dam, qui ont été vendus à un prix record vendredi dernier.

Estimés entre 50.000 et 80.000 euros, ils ont été vendus 331.250 euros. L'histoire commence quand un Toulousain décide de faire expertiser des objets hérités de ses grands-parents chez un commissaire-priseur. Parmi eux, l'expert reconnait deux tableaux du peintre vietnamien Vu Cao Dam, mort en 2000, raconte La Dépêche.

"Son grand-père les avait achetés à Nice sur la Côte d’Azur dans les années 1950, et son petit-fils pensait qu’il s’agissait de reproductions, de posters", explique au quotidien local le commissaire-priseur.

Evaluées entre 50.000 et 80.000 euros

Les deux peintures verticales sur soie datent de 1948, et représentent chacune une femme, l'une accoudée à la balustrade, l'autre en train de se coiffer. Selon les différents sites d'expertises, les oeuvres de ce peintre valent globalement entre 10.000 et 50.000 euros, une huile sur toile du peintre avait été vendue 9000 euros en 2008, selon les archives de la maison Drouot. A Toulouse, l'expert, évalue les deux oeuvres entre 50.000 et 80.000 euros.

Mais ces deux peintures, très bien conservées, vont dépasser toutes les attentes lors de la vente aux enchères vendredi dernier: huit acheteurs se battent pour obtenir ces deux oeuvres, qui partiront pour 331.250 euros à un acheteur asiatique, toujours selon La Dépêche. Un record du monde pour cet artiste.

Né en 1908, Vu Cao Dam a intégré l'école des Beaux-Arts du Vietnam à Hanoi, puis a vécu à Paris. Ses tableaux représentent souvent des femmes longilignes, avec des couleurs vives. Vu Cao Dam "a réussi à produire un amalgame du meilleur art oriental et occidental", écrit à son sujet la galerie d'art américaine Findlay.

En juin, lors d'une expertise d'objets de particuliers à la maison de vente aux enchères Rossini à Lorient (Morbihan), des commissaires-priseurs avaient déjà déniché une aquarelle du peintre vietnamien, comme le rapporte Ouest France.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV