BFMTV

GTA V: de faux braqueurs sèment la panique à Montargis

A Montargis, la rue Dorée s'est bien crue le théâtre d'un braquage de magasins de jeux vidéo.

A Montargis, la rue Dorée s'est bien crue le théâtre d'un braquage de magasins de jeux vidéo. - -

Visiblement désireux de marquer le coup d'envoi des ventes du jeu Grand Theft Auto 5, deux vendeurs de jeux vidéo se sont déguisés en gangsters pour accueillir les clients. Mais la blague a tourné court, au point qu'elle a failli très mal se terminer.

Gros coup de frayeur après un petit coup de pub qui aurait pu se solder... par de vrais coups de feu. Il est environ 18 heures, ce mardi, quand un piéton passe un appel d'urgence à la police pour signaler un braquage en cours dans un magasin de la rue Dorée, à Montargis, dans le Loiret.

Deux individus masqués ont été aperçus à l'intérieur d'une boutique Micromania. Le visage dissimulé derrière une écharpe et munis d'armes de poing, ils ont visiblement entrepris de dévaliser les rayonnages, sous le regard impuissant des clients. L'attaque coïncide avec la mise en vente de GTA V, le jeu le plus attendu de l'année.

La police prend l'affaire très au sérieux: en quelques minutes, le magasin se retrouve cerné par un groupe d'intervention d'une quinzaine d'agents de la BAC et de la section de recherche, équipés de pistolets mitrailleurs, et prêts à en découdre avec un commando de braqueurs ultra-violents.

Des tenues de gangsters pour assurer le show

Soudain une femme surgit de l'intérieur du magasin. Totalement paniquée, la gérante de la boutique Micromania vient trouver les policiers pour leur annoncer que les braqueurs sont en réalité... ses propres vendeurs! "Un passant a cru qu'on me braquait", bredouille la commerçante.

Deux jeunes vendeurs ont en effet endossé la parfaite tenue des antihéros de Grand Theft Auto 5 (GTA V pour les intimes), impitoyables gangsters, pour marquer avec humour le jour J de la mise en vente du jeu vidéo-phénomène, révèle La République du Centre. Bonnet et casquette de gang, écharpe nouée et ajustée sous les yeux, et calibres... factices!

Flanqués pour leur part de véritables armes à feu, dont ils s'apprêtaient du reste à faire usage, les policiers de Montargis n'ont pas goûté la plaisanterie: "Ca aurait pu se terminer très mal", s'emporte un officier de police dans les colonnes du journal local.

Avec son marketing mondial au rouleau compresseur et les milliards de dollars de recettes qu'on lui prédit, GTA V n'avait peut-être pas besoin de cette pub à haut risque, fût-ce pour vendre Los Santos... à Montargis!

Alexandre Le Mer