BFMTV

Huit à 9 milliards de crédits grâce au Pacte de croissance

Huit à neuf milliards d'euros de financements seront disponibles pour des projets d'infrastructure en France grâce au Pacte de croissance européen. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Macdiarmid

Huit à neuf milliards d'euros de financements seront disponibles pour des projets d'infrastructure en France grâce au Pacte de croissance européen. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Macdiarmid - -

PARIS (Reuters) - Huit à neuf milliards d'euros de financements seront disponibles pour des projets d'infrastructure en France grâce au Pacte de...

PARIS (Reuters) - Huit à neuf milliards d'euros de financements seront disponibles pour des projets d'infrastructure en France grâce au Pacte de croissance européen, a annoncé mercredi le gouvernement.

Voulu par François Hollande pour contrebalancer le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), ce Pacte doit stimuler une croissance économique en berne en Europe. Mais la majorité des économistes estime que les montants déployés sont trop faibles pour redresser la tendance.

"Au total, les territoires français devraient bénéficier d'environ 8 à 9 milliards d'euros de nouveaux financements", lit-on dans le compte rendu du conseil des ministres.

"S'agissant de la reprogrammation des fonds structurels (...) une enveloppe d'environ 2,5 milliards d'euros devrait pouvoir être rapidement mobilisée en faveur des territoires français", a dit le ministre français chargé des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, selon le compte rendu.

Il ajouté que l'augmentation du capital de la Banque européenne d'investissement (BEI) à hauteur de 10 milliards d'euros devrait permettre à la France de bénéficier de prêts supplémentaires à hauteur de 5 à 6 milliards d'euros en 2013 et 2014.

Enfin la France devait bénéficier des obligations de projet (project bonds) pour financer des projets d'infrastructure.

Le TSCG, signé le 2 mars par Nicolas Sarkozy à Bruxelles, avait été vivement critiqué par François Hollande pendant la campagne présidentielle, puis complété par ce Pacte européen pour la croissance et pour l'emploi. Le traité a été adopté le 11 octobre par le Parlement français

Julien Ponthus, édité par Jean-Baptiste Vey