BFMTV

SNCF: 10e jour d'une grève moins suivie, des perturbations avant le week-end

Des voyageurs attendent  de monter à bord sur le quai de la gare Saint-Charles à Marseille, jeudi 19 juin.

Des voyageurs attendent de monter à bord sur le quai de la gare Saint-Charles à Marseille, jeudi 19 juin. - -

Si le mouvement de grève s'essouffle sérieusement après un rapport de force de 10 jours, des perturbations sont encore à prévoir ce vendredi, veille de départs en week-end.

De 28% de grévistes au premier jour du mouvement à un peu plus de 10% jeudi, le mouvement de grève des cheminots contre le projet de réforme ferroviaire s'épuise. Surtout que les députés ont achevé jeudi leurs travaux et amendé en partie le texte. Ainsi, si le mouvement a été reconduit majoritairement, plusieurs assemblées générales l'ont suspendu, comme à Rennes ou à Toulouse. Des reprises individuelles du travail ont aussi émaillé la journée de jeudi.

Départ en week-end oblige, quelque 80 TGV supplémentaires seront mis en circulation vendredi. Avant de vous mettre en chemin, renseignez-vous sur infolignes.com, en appelant le 0805 90 36 35 (numéro vert depuis un fixe), ou via le fil Twitter @SNCF_Direct pour voir si votre transport est maintenu.

> Le point trafic pour cette veille de départ en week-end

Prévisions nationale pour vendredi.
Prévisions nationale pour vendredi. © -

• Les prévisions des trains de grandes lignes:

- Eurostar et Thalys : service normal

- Service normal sur l’axe Est

- 4 TGV sur 5 sur les axes Nord

- 2 TGV sur 3 sur l'axe Atlantique

- 3 TGV sur 5 sur les axes Sud-Est et province-province

- TER 7 trains sur 10

Le trafic du RER pour vendredi.
Le trafic du RER pour vendredi. © -

• Les prévisions de circulation des RER en l'Île-de-France:

- RER A : service normal

- RER B : 1 train toutes les 7 minutes à Paris Nord

- RER C : 2 trains sur 3

- RER D Nord : 2 trains sur 3, interconnexion rétablie

- Lignes E 1 train sur 2

> Le front des grévistes se fissure

L'unité des cheminots s'est fissurée jeudi au lendemain des premières modifications apportées par les députés. Sur les thèmes au coeur de la contestation de la CGT Cheminots et de SUD-Rail, les députés ont modifié le projet de loi: ils ont ainsi renforcé l'unité du futur groupe SNCF, voté une "règle d'or" permettant d'alléger la pression de la dette sur le gestionnaire de l'infrastructure, et le principe d'un cadre social commun s'appuyant sur une convention collective.

Ils ont aussi conforté le statut des cheminots. Alors que le projet prévoit de regrouper dans une holding publique la SNCF et Réseau ferré de France, les salariés issus de RFF qui "remplissaient les conditions d'embauche au statut lors de leur recrutement" pourront opter pour ce statut.

Si l'Unsa a salué jeudi "des avancées significatives", elles n'ont pas suffi à faire cesser la grève. Même si le numéro un de la CGT Thierry Lepaon estimait que l'action des cheminots a commencé "à payer" et qu'on était "sans doute à un tournant", le leader de la CGT-Cheminots, Gilbert Garrel qualifiait, lui, les amendements "d'enfumage".

Même amendé le projet est "loin de la revendication des grévistes" de créer "une seule entreprise publique", estime SUD-Rail, qui "appelle à maintenir l'unité syndicale et à poursuivre le mouvement de grève".

Les députés ont terminé jeudi soir l'examen du texte. Il sera soumis à un vote solennel mardi avant d'être discuté au Sénat du 9 au 11 juillet.

D. N. et AFP