BFMTV

Grève à la SNCF: les suspensions du mouvement se multiplient

Vendredi, huit trains sur dix en moyenne devaient circuler sur les grands axes

Vendredi, huit trains sur dix en moyenne devaient circuler sur les grands axes - -

Au dixième jour de la grève lancée par la CGT-Cheminots et SUD-Rail contre le projet de réforme ferroviaire, les cheminots ont voté vendredi pour la suspension du mouvement dans de nombreuses villes, comme à Nantes, Le Mans, Lille, Lyon et Marseille.

Le taux de participation à la grève nationale des cheminots lancée il y a dix jours par la CGT et SUD-Rail a fondu vendredi matin à 6,85%, en baisse de plus de 3,5 points par rapport à jeudi, a annoncé la direction de la SNCF.

Il était de près de 28% au premier jour, le 11 juin. "Le mouvement de reprise est maintenant bien engagé", a commenté Patrick Ropert, directeur de la communication. Ce mouvement est le plus long conflit à la SNCF depuis 2010.

Huit trains sur dix

Le déclin de la grève s'est accentué avec de premières décisions collectives de reprise du travail dans des assemblées générales jeudi.

Selon la carte des reprises du travail votées mise en ligne par la SNCF, les cheminots en grève contre la réforme ferroviaire ont mis fin à leur mouvement également à Marseille, Bordeaux, Lille, Saint-Etienne, Chambéry, Conflans (Lorraine), Moulins, Montluçon, ainsi qu'en Auvergne, dans le Limousin et le Languedoc-Roussillon.

Dans les Pays de la Loire, outre à Nantes et Le Mans, les deux plus importants sites de la région, les cheminots de deux autres sites, La Roche-sur-Yon et Angers, se sont également prononcés pour la suspension. Plus tôt dans la matinée, en Normandie, le dépôt de Sotteville-les-Rouen, la plus grande concentration d'agents de conduite de la SNCF en Normandie, avait voté la reprise du travail.

Comme lors des précédents conflits, les zones qui maintiennent une ligne dure sont l'Est (Strasbourg et Bischheim) et la région parisienne. S'ajoutent quelques poches, comme en région Centre (Saint-Pierre-des-Corps) et Picardie.

Huit trains sur dix en moyenne devaient circuler sur les grands axes.

Agenda social commun

Par ailleurs, la direction de la SNCF a adressé vendredi une invitation aux quatre syndicats représentatifs pour leur proposer d'élaborer en commun l'agenda social, qui permettra notamment la mise en oeuvre de la réforme ferroviaire au 1er janvier 2015.

Les organisations syndicales seront reçues par la direction dans l'ordre de leur représentativité, soit d'abord la CGT, puis l'Unsa, SUD-Rail et la CFDT, a-t-elle précisé.

Cet agenda social commun doit porter d'abord sur des rendez-vous à court terme concernant la reprise de la vie courante de l'entreprise comme les négociations annuelles salariales, initialement prévues le 16 juin et le point sur la trajectoire de l'emploi en 2014.

Il portera également sur la mise en oeuvre de la réforme ferroviaire avec notamment une obligation de consulter le Comité central d'entreprise, les Comités d'Entreprise et les CHSCT (Comités d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).

Une troisième partie de cet agenda social reste ouverte aux thèmes que les organisations syndicales choisiront, a indiqué le directeur des ressources humaines du groupe SNCF.

|||L'essentiel

Les villes où le mouvement de grève a été suspendu vendredi:

Marseille, Gare de Lyon (zone Paris Sud-Est), Bordeaux, Lille, Saint-Etienne, Chambéry, Conflans, Moulins, Montluçon, Nantes, Nice Toulon, Le Mans, La Roche-sur-Yon, Angers, Sotteville-les-Rouen, ainsi qu'en Auvergne, dans le Limousin et le Languedoc-Roussillon

A.L.M. et M.G. avec AFP