BFMTV
Société

"Elle était tout abîmée": le cauchemar d'un couple qui découvre les restes de leur fille dans des gravats au cimetière

Le cercueil de Léanne, morte de la mort subite du nourrisson en 2009, a été fortement dégradé. Sa mère et son père, Marie-Anne et Kevin, veulent que la profanation de sa tombe soit reconnue.

Un choc sidérant. Pour Marie-Anne et Kevin, le deuil de leur fille, Léanne, morte en 2009 de la mort subite du nourrisson, a été rendu encore plus déchirant ces dernières semaines, après qu'ils ont découvert que la sépulture de leur fillette avait été largement dégradée.

La découverte s'est faite à cause d'un autre triste événement, la mort du père de Marie-Anne il y a un mois. Celui-ci est alors enterré aux côtés de sa petite fille, pour respecter ses dernières volontés.

Mais en rouvrant le caveau, les services funéraires atteignent le cercueil de Léanne et découvrent qu'il est abîmé. Le jour de l’inhumation de son père, au moment de quitter le cimetière, Marie-Anne aperçoit deux sacs remplis de terre. Au milieu de ces gravats, elle remarque deux morceaux de bois blanc pouvant correspondre au cercueil de la petite fille, ainsi que la plaque en hommage à sa fille.

"Je n'y croyais pas. Je me suis dit 'c'est pas possible, ils n'ont pas pu laisser ça comme ça'. Mais je ne pensais à ce moment-là qu'il n'y avait 'que' le cercueil, ce qui était déjà un choc énorme", explique-t-elle à BFMTV.

Des ossements découverts

Une conseillère funéraire l’appelle pour s’excuser et lui assure que rien d'autre que du bois n'a été trouvé dans ces sacs. Le couple veut y croire, mais à l’issue des fouilles organisées par la police, Marie-Anne et Kevin s’effondrent.

"Ils ont trouvé les petits chaussons de ma fille qui étaient avec elle dans le cercueil, et son petit plaid et des ossements qui étaient mélangés aux débris", témoigne Marie-Anne.

L'exhumation et un nouvel enterrement sont décidés. En creusant dans la tombe, les ouvriers des pompes funèbres vont découvrir d'autres ossements. Parmi ceux-ci, la boîte cranienne de l'enfant, "fortement dégradée".

"Elle était tout abîmée. On ne pourra pas savoir si tout a été retrouvé ou s'il manque des morceaux", déplore-t-elle.

"Ils ont tout cassé"

Les restes de l'enfant ont été placés dans un nouveau cercueil et un deuxième enterrement a été organisé. Depuis, le couple dénonce des négligences, des mensonges de la part des pompes funèbres de Pontoise. Contactées par BFMTV, elles n’ont pas souhaité faire de commentaires.

"On demande à des parents qui ont enterré un enfant de le réenterrer. Déjà, on ne devrait pas avoir à enterrer un enfant, et là, on doit le refaire dans des circonstances horribles", explique Kevin.

Aujourd'hui, Marie-Anne et Kevin vivent dans la colère, l’angoisse et la sidération. "Ils ont tout cassé. Ils ont profané le cercueil, ils ont profané le corps. On n'est même pas sûrs qu'il y ait tous les ossements. Ca ne peut pas rester impuni", clame le couple, qui compte mener une action en justice.

Anthony Lebbos et Julie Roeser