BFMTV

Peillon confirme deux semaines de vacances à la Toussaint

Vincent Peillon, ministre de l'Education, confirme le prolongement des vacances de la Toussaint.

Vincent Peillon, ministre de l'Education, confirme le prolongement des vacances de la Toussaint. - -

Les vacances de la Toussaint dureront deux semaines pleines en 2012, annonce le ministère de l'Education. La proposition, faite par Vincent Peillon le 14 juin dernier, a été approuvée par le Conseil supérieur de l'éducation. Elle surprend une association de parents d'élèves, qui s'explique sur RMC...

Les vacances de la Toussaint seront allongées et dureront deux semaines pleines en 2012, annonce jeudi le ministère de l'Education nationale. Cette proposition, faite par le ministre Vincent Peillon le 14 juin, a été examinée et approuvée par le Conseil supérieur de l'éducation. « Les vacances de la Toussaint sont (...) portées à deux semaines pleines pour permettre un véritable repos au cours du premier trimestre, dont la longueur est préjudiciable à l'attention des élèves », écrit le ministère dans un communiqué. « Le nombre de jours travaillés dans l'année et la durée des vacances sont inchangés », ajoute-t-il.

Les vacances d'été commenceront le 6 juillet

Une journée sera en effet rattrapée un mercredi du mois d'avril ou du mois de mai, selon le choix du recteur, et les vacances d'été commenceront le samedi 6 juillet 2013 au lieu du jeudi 4 juillet. Les vacances de la Toussaint devaient initialement durer du samedi 27 octobre au jeudi 8 novembre 2012. Elles seront finalement prolongées jusqu'au lundi 12 novembre au matin. Le ministre de l'Education a suspendu le calendrier 2013-2014 et fait de la réforme des rythmes scolaires une priorité. La concertation se poursuit sur d'autres questions relatives à ce sujet, notamment sur le nombre de jours d'école par semaine.

« Lorsqu’on parle d’une sortie le 6 juillet, on n’est pas très sérieux... »

Corinne Tapiero est la vice-présidente de la Peep, la fédération des parents d'élèves de l'enseignement public : « C’est une décision qui nous surprend à la PEEP Paris, puisque j’avais cru comprendre que M. Ayrault ne voulait pas de mesurettes, mais qu’il y ait une vraie réflexion générale sur les rythmes scolaires. Lorsqu’on parle d’une sortie le 6 juillet, on n’est pas très sérieux parce qu’à l’heure actuelle, collégiens et lycéens sont pour l’essentiel libérés depuis bien longtemps. Vous imaginez bien que dans les collèges et les lycées, il n’y aura personne le 6 juillet dans les établissements. »

« Cette mesure a été prise dans la concertation »

François Testu est lui chronobiologiste, spécialiste entre autres des rythmes scolaires. Il se réjouit de cette décision : « Le premier trimestre est très long. Une coupure en plein milieu me semble nécessaire. Une vraie coupure, parce qu'il faut une semaine pour se déshabituer de son emploi du temps. Ceci, nous le demandons depuis bien longtemps. Je sors du Conseil supérieur de l’éducation et je peux vous le dire, cette mesure a été prise dans la concertation. »

La Rédaction, avec Reuters