BFMTV

Paris: un algorithme pour contrebalancer le manque de mixité sociale au collège

A Paris, les collégiens pourraient être répartis dans les établissements en fonction de plusieurs critères analysés par un logiciel

A Paris, les collégiens pourraient être répartis dans les établissements en fonction de plusieurs critères analysés par un logiciel - AFP

Les secteurs multi-collèges sont en phase de test dans 20 départements. Pour renforcer la mixité dans les collèges, le rectorat de Paris veut utiliser un logiciel qui analyse plusieurs données, dont la situation sociale de l'élève.

A la rentrée 2017, l’académie de Paris devrait mettre en place des "secteurs multi-collèges". Le but: s’attaquer au manque de mixité sociale dans les établissements de la capitale. Le recteur de Paris, François Weil a annoncé au Monde, l’introduction simultanée du logiciel Affelnet (affectation des élèves par le Net) pour affecter les écoliers dans les collèges. L'algorithme est déjà utilisé pour répartir les élèves en seconde depuis 2008.

Pour être affecté dans un lycée, les collégiens émettent des souhaits d'affectation et se voient attribuer des points selon leur situation. Ils sont ensuite étudiés par le logiciel Affelnet en fonction de trois critères: les résultats scolaires (600 points), le choix d’un établissement de son district (600 points) et l’attribution d’une bourse (300 points). 

Trois critères d'affectation 

Fin août, Thomas Piketty s’interrogeait sur la volonté du gouvernement de lutter pour la mixité sociale. L’économiste dénonçait sur son blog, une ségrégation sociale dans les collèges de la capitale. "Les élèves défavorisés (qui représentent 16% des collégiens) n’ont pas accès aux établissements 'socialement huppés'" assurait-il.

Avant lui, Julien Grenet, chercheur au CNRS, estimait que la sectorisation des collèges, actuellement en place, est peu efficace. "Les secteurs scolaires sont prisonniers de la ségrégation résidentielle", assurait-il dans un rapport. Selon Julien Grenet, l’algorithme Affelnet a fait baisser de 30% la valeur de "l’indice de ségrégation sociale" dans les lycées. 

Des bugs de l'algorithme

Il préconisait la mise en place de ces secteurs multi-collèges avec l’instauration d’un "algorithme d’affectation", nécessaire pour "une procédure de choix régulé". Mais ce logiciel, déjà en place depuis 2008 dans les lycées, a été débordé en fin d'année scolaire 2015 à Paris. 

Pour les affectations au lycée Turgot, qui a enregistré 98% de réussite au bac en 2015, la procédure Affelnet a provoqué un effet inattendu. A la rentrée 2016, 83% de lycéens boursiers étaient inscrits en seconde, contre 55% auparavant.

La FCPE dénonçait une "situation inacceptable" provoquée par "l’immobilisme coupable de l’académie", répétant une forme de ségrégation sociale. "Si le système Affelnet a des défauts, il a pourtant fait ses preuves à Paris en instaurant une meilleure mixité scolaire et sociale dans les lycées parisiens", nuançait la fédération de parents d'élèves. 

Dès cette rentrée, les secteurs multi-collèges sont expérimentés dans 20 départements, dont Paris. Un seul établissement privé figure dans cette phase test. 

M.L.