BFMTV

Parcoursup vs APB: 3 fois plus de lycéens ont passé un été dans l'angoisse

À quelques jours de la rentrée, si 600.000 futurs étudiants ont obtenu une place dans l'enseignement supérieur, 16.000 sont toujours dans l'incertitude.

À deux semaines de la rentrée scolaire, ils sont presque trois fois plus nombreux que l'année dernière à ne pas avoir de place dans l'enseignement supérieur. Quelque 16.000 bacheliers ou étudiants en réorientation -dans le détail 9000 lycéens, selon les données communiquées par le ministère- n'ont toujours pas reçu de réponse positive ce mercredi via Parcoursup. Ce qui représente 1,9% des candidats inscrits sur la plateforme.

Parcoursup versus APB

L'année dernière, à la même époque et avec l'ancienne version Admission post-bac (APB), ils n'étaient que 6000 à ne pas encore avoir obtenu de place dans le supérieur. Au total, en cette fin de mois d'août, un peu plus de 586.000 candidats ont accepté une proposition sur les 812.000 inscrits, et plus de 163.000 ont choisi de quitter la procédure. Une dernière donnée à ne pas négliger, car tous ceux qui ont décidé de procéder sans Parcoursup et sans clore leurs dossiers peuvent alors ralentir le système d'affectation:

"Comme chaque année, de nombreux candidats s'apprêtent à s'inscrire dans une formation qui n'est pas répertoriée dans la plateforme d'admission nationale, entrent directement sur le marché du travail, ou partent à l'étranger. La plupart du temps, ces candidats omettent de clore leur dossier sur la plateforme", explique le ministère. "Les pires vacances que j'ai passées"

Parmi ces candidats qui ont passé un été difficile, Léa, qui a pourtant formulé six vœux sur Parcoursup en psychologie et en sciences de l'éducation. Depuis le 22 mai lorsque les premières réponses d'affectation sont tombées, cette bachelière est en attente.

"C'est les pires vacances que j'ai passées", confie la jeune fille à BFMTV. "J'ai regardé tous les jours si j'avançais d'une place. La rentrée, c'est dans quelques jours et je n'ai toujours rien."

Elle est persuadée que son statut de redoublante de terminale l'a pénalisée dans son orientation. "L'année dernière, j'avais mon premier vœu, j'étais admise directement. Et aujourd'hui, je n'ai pas d'école. Je demande juste à avancer et étudier", s'inquiète-t-elle.

"Les choses vont se débloquer"

Selon Jérôme Teillard, chef de projet pour Parcoursup, il ne faut pas perdre espoir. Il l'assure: la machine devrait s'accélérer dans les prochains jours.

"Les choses vont se débloquer", déclare-t-il à BFMTV. "On a les dates limites d'inscription sur plusieurs filières. Des candidats vont s'inscrire, d'autres ne vont pas s'inscrire parce qu'ils ont d'autres projets et donc ils vont libérer des places. Et puis les commissions sont en place, les universités rouvrent, les proviseurs sont là pour qu'on puisse accompagner et identifier des solutions."

Les candidats aux études supérieures ont jusqu'au 5 septembre pour accepter définitivement une proposition de formation -quelque 95.000 lycéens ou étudiants qui ont obtenu une réponse positive ont encore au moins un vœu en attente. La phase complémentaire se tiendra jusqu'au 21 septembre inclus.

Céline Hussonnois-Alaya avec Véronique Fèvre