BFMTV

L'histoire-géo et la philosophie oubliées dans les nouveaux horaires des lycéens

L'erreur devrait être corrigée rapidement selon le ministère de l'Education nationale.

L'erreur devrait être corrigée rapidement selon le ministère de l'Education nationale. - Fred Dufour - AFP

Afin d'intégrer l'enseignement moral et civique nouvellement crée, le ministère de l'Education nationale a dû établir de nouveaux emplois du temps pour les lycéens. Problème: les cours d'histoire-géographie et de philosophie ont disparu dans certaines filières.

A ceux dont Kant ou Platon n'évoquent rien, ou à ceux qui ont une phobie des dates, cela pourrait être considéré comme une bonne nouvelle. Le ministère de l'Education nationale a publié au Journal Officiel dimanche matin les nouveaux horaires, afin d'intégrer l'enseignement civique et moral nouvellement crée. Problème, et pas moins de taille, la philosophie et l'histoire-géographie ont disparu de certaines filières. 

En effet, dans l'arrêté de la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, il manque, par exemple, 2h30 d'enseignement d'histoire-géographie en classe de première pour les filières L (qui doivent en compter 8 au total) et ES (4 heures), a reconnu l'entourage de la ministre. 

Des fautes qui vont être corrigées

Ces erreurs ont rapidement suscité la réaction - et les moqueries - sur les réseaux sociaux, comme celle du premier syndicat de l'enseignement secondaire.

"Ce sont des erreurs qui vont être corrigées, il y aura un nouvel arrêté le plus rapidement possible", a assuré le ministère de l'Education nationale. L'institution n'a toutefois pas été en mesure d'expliquer la cause de ces erreurs. La rue de Grenelle a assuré que le texte publié au Journal Officiel n'était pas celui qui avait été transmis. 

"Parcours citoyen"

L'arrêté du 12 juin publié dimanche a pour vocation à l'origine de mettre en musique le nouvel enseignement moral et civique qui entrera en vigueur à la rentrée prochaine à l'école et au lycée. Plusieurs syndicats avaient demandé début juin le report d'un an de cette "morale laïque" voulue par l'ex-ministre Vincent Peillon dans sa loi pour la refondation de l'école du début du quinquennat.

Mais Najat Vallaud-Belkacem, qui en a fait une des étapes du "parcours citoyen" annoncé après les attentats de janvier pour transmettre les valeurs de la République aux enfants, a préféré le faire démarrer dès septembre prochain.

J.C. avec AFP