BFMTV

Baccalauréat: bientôt la mention pour tous?

Début des épreuves du baccalauréat lundi 17 juin. (Photo d'illustration).

Début des épreuves du baccalauréat lundi 17 juin. (Photo d'illustration). - Frederick Florin - AFP

Si le bac, à en croire la rengaine populaire, est aujourd'hui pour ainsi dire donné, la mention va-t-elle devenir le nouvel étalon de cet examen? En tout cas, la mention "très bien", autrefois Graal réservé à une petite élite, est aujourd'hui beaucoup plus représentée. Mais loin de se déprécier, elle fait encore recette pour poursuivre des études supérieures dans les filières d'élite, comme auprès des banquiers qui veulent capter des clients prometteurs.

Combien de bacheliers obtiendront-ils une mention pour ce cru 2015? Alors que les mentions "très bien" concernaient 1% des bacheliers il y a 20 ans, relevait en juin Le Monde, 10% l'ont obtenu en 2014. Un pourcentage auquel il faut ajouter 16% de mention "bien", précisait Le Figaro, soit près d'un quart des bacheliers.

Cette année, selon des résultats provisoires donnés mardi, près de 79% des candidats seraient d'ores et déjà bacheliers. Le taux de réussite quasi-définitif de 2015 ne sera connu que samedi. Il ne prendra pas encore en compte la session de rattrapage organisée en septembre, pour ceux qui n'ont pas pu passer les épreuves en juin.

>> Consultez les résultats du bac

A Cannes, jusqu'à 6.000 euros pour une mention "très bien"

Certes, ce résultat est loin des 87,9% d'admis en 2014. Un record. Le nombre de mentions, alors qu'on ne connaît pas encore celui de 2015, avait été en 2014 de 46% et même 52% dans la filière générale. Si cette gratification s'est donc largement démocratisée, elle reste encore pour les "bien" et "très bien" un élément différenciant ouvrant droit, non seulement à la joie d'avoir pleinement réussi sa scolarité, ce qui ouvre de belles perspectives pour la suite des études, mais aussi à des avantages très concrets.

Dans la ville de Cannes, rapporte Metro News, un prix d'excellence éducative est donné aux bacheliers les plus méritants, et mention "très bien". Son montant va de 500 à 3.000 euros en prenant en compte non seulement les résultats, mais aussi des critères sociaux et bien sûr, la poursuite d'études supérieures. Un jury décide du montant attribué en fonction de la qualité du projet personnel. Et sur deux ans, la somme peut monter à 6.000 euros, précise Le Parisien Etudiant.

Si les montants cannois sont spectaculaires, il ne s'agit pas de la seule municipalité à offrir ce genre de prime au mérite. Ainsi, relève Le Parisien Etudiant, la ville de Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, récompense à hauteur de 800 euros la mention "très bien" et de 400 euros la mention "bien".

Des avantages en nature pour accrocher de futurs clients

Au-delà des acteurs publics, les banques et mêmes certaines agences de voyages choient l'élite des bacheliers. L'avantage peut alors prendre la forme d'espèces sonnantes et trébuchantes (160 euros et 120 euros pour des mentions "très bien" et "bien" chez Axa, relève Le Parisien), mais plus souvent d'avantages en nature: places de cinéma gratuites, réductions sur des voyages, surclassements…

La mesure visant à permettre aux candidats de conserver d'une année sur l'autre les notes au-dessus de la moyenne, qui selon la ministre de l'Education nationale entrerait en vigueur dès 2016, pourrait remettre en cause ces équilibres. Comme d'ailleurs à l'opposé, le dispositif "Meilleurs bacheliers" généralisé cette année et qui permettra aux 10% des meilleurs lauréats de bénéficier de places dans les filières les plus sélectives, en prépas, IEP, IUT et BTS.

David Namias