BFMTV

Dîner du Crif: Roger Cukierman regrette l'absence du CFCM

Roger Cukierman, le président du Crif a regretté la décision du CFCM de ne pas participer au 30e dîner du Crif, ce lundi soir.

Roger Cukierman, le président du Crif a regretté la décision du CFCM de ne pas participer au 30e dîner du Crif, ce lundi soir. - BFMTV

Avant le dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, ce lundi soir, Roger Cukierman a précisé ses propos polémiques sur les jeunes musulmans puis sur Marine Le Pen. Le président du Crif a par ailleurs regretté l'absence du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui a annulé sa venue précisément après ses déclarations.

"Je ne pense pas, en ce qui concerne le CFCM, avoir dit quoi que ce soit qui ne soit pas conforme à la vérité". Roger Cukierman, se montre ferme et assume ses propres déclarations sur les jeunes musulmans tenus un peu plus tôt ce lundi sur Europe 1. Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a affirmé qu'en France, "toutes les violences sont commises par des jeunes musulmans.".

La déclaration a aussitôt provoqué la colère du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui a décidé de boycotter le 30e dîner du Crif de ce lundi soir. Avant le début du dîner, Roger Cukierman a voulu préciser ses propos: "J'ai dit que c'était une toute petite partie de la communauté musulmane (...) et j'ai ajouté que les musulmans étaient les premières victimes de cette situation", indique-t-il sur BFMTV.

Un boycott "contraire aux intérêts" du CFCM

Mais s'il corrige sur la forme, le président du Crif réaffirme le fond de sa pensée: "Je crois qu'il faut dire les choses, et ne pas dire que ces actes sont commis par des jeunes musulmans serait une erreur, si on veut traiter le problème". Roger Cukierman a expliqué avoir échangé avec Dalil Boubakeur le président du CFCM, en "lui demandant de revenir sur sa décision que je trouve contraire à ses intérêts et aux nôtres".

Plus tôt dans la journée, Abdallah Zekri, de l'Observatoire national de l'islamophobie, trouvait au contraire que le boycott du dîner était justifié. "Monsieur Cukierman doit arrêter avec les jeunes musulmans", a-t-il plaidé sur BFMTV. "Chaque fois qu'il parle, il parle de jeunes musulmans, avant tout ce sont des jeunes Français. On en a marre de se justifier et d'être stigmatisés". 

"Je ne voterai jamais" pour le Front national

Avant le dîner du Crif qui réunit ce lundi soir 700 invités dans un hôtel parisien, le président du Crif est aussi revenu sur la deuxième polémique provoquée par ses propos sur le FN.

Roger Cukierman a jugé ce lundi matin le Front National "infréquentable", mais Marine Le Pen "irréprochable personnellement". La distinction a fait réagir notamment Arnaud Klarsfeld, qui estime au contraire que Marine Le Pen "porte le passif des prises de position antisémites du père qui est président d'honneur du Front national". Le président du Crif a de nouveau apporté une nuance: "J'ai tout de suite dit que je ne partageais pas ses convictions", se défend Roger Cukierman, "et j'ai même dit que je ne voterais jamais pour elle".

Carole Blanchard