BFMTV

Des manifestations dans toute la France pour protester contre la corruption d'élus

Des manifestants place de la République à Paris.

Des manifestants place de la République à Paris. - Lionel Bonaventure - AFP

Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Saint-Omer ou encore Angers, les cortèges ont été nombreux ce dimanche pour dénoncer la corruption d'élus, dans le cadre des soupçons d'emplois fictifs dans la famille de François Fillon et dans l'entourage de Marine Le Pen.

"Au trou les corrompus" et "à bas les privilèges": des manifestations dans plusieurs villes, notamment Paris et Toulouse, ont dénoncé dans le calme ce dimanche les affaires d'emplois fictifs présumés touchant François Fillon et Marine Le Pen. Répondant à un appel lancé sur les réseaux sociaux sur le modèle de Nuit debout, les manifestants jugent intolérable "d'être gouvernés par un corps élu qui a la possibilité de pratiquer l'inverse de ce qu'il défend", comme l'affirme le texte de l'appel.

Les manifestants traduisent leur ras-le-bol en slogans

"Fillon en prison, la corruption est un poison", "Il n'y a pas d'autorité sans exemplarité: Fillon 18 novembre 2016", "Touche pas au grisbi Penelope" ou encore "Ils ont les mains sales": de nombreuses pancartes brandies dans la foule de plusieurs centaines de personnes réunie place de la République à Paris ont visé le candidat de la droite à la présidentielle, empêtré dans une affaire d'emplois fictifs présumés accordés à sa femme et deux de ses enfants.

A Toulouse, parmi des pancartes demandant "François rends-nous le million" ou "emplois fictifs pour tous", quelque 200 personnes se sont réunies place du Capitole, frappant sur des casseroles et scandant ponctuellement "Non à la corruption". A Saint-Omer (Pas-de-Calais), une banderole "expressive" a été placardée sur la Grand-Place, afin que chacun puisse écrire ses doléances contre la corruption. D'autres rassemblements ont eu lieu à Lyon, à Angers ou à Lille. Les organisateurs promettent de nouveaux rassemblements dimanche prochain.

R.V. avec AFP