BFMTV

Découvrir ses ancêtres en un clic, c’est désormais possible

Les Français sont de plus en plus nombreux à partir à la recherche de leurs aïeux, mais sans bouger de chez eux. (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Les Français sont de plus en plus nombreux à partir à la recherche de leurs aïeux, mais sans bouger de chez eux. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Saul Loeb - AFP

La généalogie passionne toujours davantage les Français. L’engouement autour de ce hobbie captive de plus en plus de familles qui souhaitent connaître leur ascendance. D’autant plus qu’il est désormais possible de le faire sans bouger de son canapé.

Partir à la recherche de ses aïeux sans se retrouver à trier et à décrypter d’anciens actes de naissance poussiéreux est désormais un objectif à la portée de chacun. Le phénomène passionne d'ailleurs les Français puisqu’ils seraient 7 Français sur 10 à y porter intérêt selon une étude OpinionWay réalisée pour le site spécialisé Filae, comme le note Le Parisien ce mardi.

Même l'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, désormais Premier ministre, serait un "passionné de généalogie", selon La revue française de Généalogie.

250 millions d'actes originaux

Celui-ci fait un grand pas en avant ce mardi: 250 millions d’actes de naissance originaux (de naissance, mariage, ou décès), de nos ancêtres du XIXème siècle sont maintenant accessibles.

A cette occasion son site web fait peau neuve et change de nom, son aïeul Geneaologie.com redirigera dorénavant vers la page d’accueil de Filae. Le PDG Toussaint Roze peut s’appuyer sur les sept millions de personnes qui se sont inscrits sur le site précédent et sur le parrainage du présentateur de l’émission quotidienne “Visites Privées” Stéphane Bern.

Des "avancées législatives" favorables

Autre coup de pouce qui permet au site de se développer? Les “avancées législatives en matière d'opendata et de réutilisation des archives publiques”, peut-on lire dans le descriptif de l’entreprise.

L’extension de l'Opendata en France, grâce à la loi sur la gratuité et la réutilisation des informations publiques (loi Valter de décembre 2015) et la dernière loi République numérique (loi Lemaire d'octobre 2016).

Plus question de laisser les collectivités décider de l’avenir de leurs archives publiques, celles-ci sont désormais tenues de les rendre accessibles.

A partir d’une région et d’un nom de famille, le site Filae permet maintenant d’explorer le passé familial tout en restant bien au chaud chez soi. L’époque des démarches fastidieuses en mairie semble déjà bien loin.

B.L.