BFMTV

Coronavirus: les forains en colère après l'annulation de la Fête des Loges

Image d'illustration

Image d'illustration - Miguel Medina / AFP

Le maire de Saint-Germain-en-Laye a décidé, en raison de l'épidémie, d'annuler la fête foraine qui devait se tenir du 26 juin au 16 août.

Les forains de la Fête des loges, grande fête foraine organisée chaque été en forêt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), ont fait part de leur incompréhension dimanche après la décision prise vendredi d'annuler l'évènement, vieux de plus de trois siècles.

Cette décision "peu motivée et nullement étayée, n'est accompagnée d'aucune mesure d'aide" envers les entreprises foraines "déjà très fragilisées" par la crise sanitaire, ont fait savoir les forains dans un communiqué.

Le maire de Saint-Germain-en-Laye Arnaud Péricard (DVD) a décidé vendredi d'annuler la fête foraine, dont la 368e édition devait se tenir du 26 juin au 16 août, au vu du "contexte sanitaire actuel et des restrictions rappelées par le Premier ministre". Une décision incompréhensibles pour les 170 entreprises foraines de cette fête, "qui pourraient être privées d'activité cet été".

"Le parc Astérix rouvre le 26 juin, le Jardin d'acclimatation a rouvert le 29 mai, le Puy-du-Fou ouvre le 12 juin", énumère Xavier Saguet, ancien président de la Fête des loges et propriétaire de deux manèges. "Tous les parcs en France sont autorisés à rouvrir", s'indigne-t-il. La fête organisée en forêt de Saint-Germain s'étale sur dix hectares et a une jauge maximum de 5.000 personnes, "une situation géographique idéale", selon le communiqué des forains. 

Un "accompagnement" financier réclamé

"Aucun maire de Saint-Germain-en-Laye n'a annulé la fête depuis 368 ans", assure Xavier Saguet. Le comité de la Fête des loges demande une rencontre avec le maire de Saint-Germain avant lundi et, dans le cas du maintien d'une annulation de l'évènement, "un accompagnement" financier des forains.

"Notre ville ne peut porter seule la responsabilité de l'organisation d'un tel événement dans un contexte aussi sensible", a de son côté fait savoir le maire Arnaud Péricard. 

Il a partagé ses craintes pour la sécurité sanitaire du public et le risque financier inhérent à l'organisation d'un tel évènement dans le contexte actuel. "La perte pourrait atteindre 700.000 euros cette année en raison d'un format réduit sur la durée comme sur le nombre de forains présents", a-t-il ajouté.

"Un événement de cette ampleur, en période de crise, ne peut reposer sur un maire, seul face à des enjeux qui relèvent d'un autre niveau institutionnel", a-t-il expliqué dans un communiqué.

Dans une lettre ouverte, les forains réclament de leur côté un soutien des pouvoirs publics avec "la nomination d'un secrétaire d'Etat aux affaires foraines" et "la création d'un fonds de solidarité" afin d'éviter le dépôt de bilan des entreprises du secteur. On estime leur nombre à 5.700 en France et elles emploient environ 50.000 personnes.

H.G. avec AFP