BFMTV

Coronavirus: le couvre-feu levé dimanche soir à Mulhouse

Une rue déserte à Mulhouse le 17 mars 2020.

Une rue déserte à Mulhouse le 17 mars 2020. - Sébastien Bozon / AFP

La mesure sanitaire était entrée en vigueur le 22 mars dernier dans la ville, particulièrement touchée par l'épidémie.

Les Mulhousiens et Mulhousiennes pourront bientôt de nouveau sortir la nuit. Le couvre-feu nocturne, qui était en vigueur depuis mars à Mulhouse, s'arrêtera dimanche soir avec le début du déconfinement dans cette ville plus particulièrement frappée par l'épidémie de coronavirus, a indiqué samedi le préfet du Haut-Rhin Laurent Touvet.

"D'un commun accord avec la maire de Mulhouse, le couvre-feu de Mulhouse ne sera plus appliqué", a indiqué le préfet lors d'une conférence de presse. "Mais la règle de ne plus se rassembler à plus de dix personnes vaut à Mulhouse comme ailleurs", a-t-il prévenu.

Décrété le 22 mars, ce couvre-feu, qui était fixé de 21h à 6h, avait été prolongé jusqu'au 11 mai, pour éviter les rassemblements de personnes en soirée et l'ouverture nocturne de commerces.

Le département du Haut-Rhin a été l'un des principaux foyers français de l'épidémie de coronavirus après un grand rassemblement évangélique en février dont les participants ont ensuite involontairement disséminé la maladie.

"Le déconfinement est possible mais avec des précautions supplémentaires"

Avec plus de 1.300 personnes décédées dans les hôpitaux et les établissements pour personnes âgées depuis début mars, le Haut-Rhin "a payé un lourd tribut à cette épidémie", a souligné Laurent Touvet.

Mais le confinement y "a été mieux respecté qu'ailleurs parce que la maladie nous était très présente, très concrète", a estimé le préfet. Dans ce département classifié par le gouvernement en rouge comme le reste de la région Grand Est, "le déconfinement est possible mais avec des précautions supplémentaires", a-t-il considéré.

Le couvre-feu qui avait également été décrété à Nancy "prendra fin dans la nuit du 10 au 11 mai", a-t-on par ailleurs appris auprès de la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

H.G. avec AFP