BFMTV
Société

Chirurgie esthétique: les 18-34 ans de plus en plus séduits

Démonstration au congrès mondial de la dermatologie cosmétique, de la chirurgie plastique et de la science esthétique à Paris le 1er février 2019

Démonstration au congrès mondial de la dermatologie cosmétique, de la chirurgie plastique et de la science esthétique à Paris le 1er février 2019 - Philippe LOPEZ / AFP

D'après une étude révélée par le Parisien, les jeunes de moins de 35 ans ont désormais plus recours à la chirurgie esthétique que les plus de 50 ans.

Les augmentations mammaires et les injections d'acide hyaluronique figurent en tête des interventions esthétiques pratiquées par les Français. Mais ce que révèle une étude dévoilée par Le Parisien ce samedi, c'est surtout l'âge de plus en plus jeune des hommes et des femmes qui poussent la porte des cabinets pour améliorer leur image. Le quotidien affirme en effet que les 18-34 ans sont désormais plus nombreux à avoir recours à la chirurgie esthétique que les 50-60 ans. Ils restent toutefois derrière les 35-50 ans.

Un succès croissant qui s'explique notamment par le développement des actes non chirurgicaux (acide hyaluronique, botox, ultrasons et radiofréquence) souvent pratiqués sur le visage pour combler les premières rides.

Les techniques soft destinées à retendre le visage "ont été initiées il y a dix ans, avec une accélération depuis cinq ans", explique au quotidien le docteur Ascher, chirurgien plasticien, qui assure que "des progrès spectaculaires" ont été réalisés.

En cause également: le besoin d'identification des jeunes aux célébrités et influenceurs présents sur les réseaux sociaux. Le Parisien détaille ainsi que les demandes de lipofilling (technique qui consiste à prélever sa propre graisse pour l’injecter dans les fesses à haute dose notamment popularisée par Kim Kardashien), ont explosé de 20 à 30% ces dernières années.

"Les demandes sont parfois excessives car les femmes s’identifient à des stars qui n’ont pas la même morphologie qu’elles", met en garde le Dr Ascher qui évoque plusieurs morts aux Etats-Unis.

Mélanie Rostagnat