BFMTV

"Censure" de deux livres pour enfants à Paris: les bibliothécaires montent au créneau

La Dasco a demandé le retrait de deux livres destinés aux enfants.

La Dasco a demandé le retrait de deux livres destinés aux enfants. - Stéphane de Sakutin - AFP

La Direction des affaires scolaires de Paris a demandé le retrait des écoles de la ville de deux livres, notamment sur le corps humain, dont des vignettes pourraient "choquer de jeunes enfants". Une décision incompréhensible pour l’un des éditeurs et les bibliothèques qui réclament leur retour.

Le Dictionnaire fou du corps et Beta civilisations sont désormais bannis. Le 7 octobre dernier, la Direction des affaires scolaires (Dasco) de Paris a décidé de rappeler ces deux ouvrages, déjà distribués dans plus de 600 écoles à la rentrée. La Dasco se justifie: des vignettes contenues dans ces livres "peuvent choquer de jeunes enfants ou leurs parents", indique L'Obs. Pourtant, comme le souligne le syndicat CGT des animateurs de la ville de Paris, ces livres avaient été "validés en amont par le comité de lecture de Paris-Corvisart".

Les bibliothécaires qui réclament le retour de ces livres sur les étagères des centres de documentation défendent la portée pédagogique de ces ouvrages. "Ces deux ouvrages, plébiscités par les enfants (...) ont été expérimentés dans de nombreuses actions-lectures, préparées et coordonnées avec les équipes enseignantes. Ils ont été choisis avec et pour les enfants", écrit le syndicat dans un communiqué. Le Dictionnaire fou du corps de Katy Couprie avait d’ailleurs été primé en 2012, lors du salon du livre et de la presse de Montreuil. Paradoxalement, Vincent Larronde, adjoint de la sous-direction de la politique éducative reconnaît bien la "grande qualité" de ces ouvrages, rapporte le site ActuaLitté.

"C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on a décidé de les acheter. Et il ne s’agit pas du tout d’une censure", assure-t-il ajoutant que le retrait de ces livres correspond à un signalement d'"équipes de terrains". "Les vignettes évoquées ne sont pas choquantes dans l'absolu, mais renvoient à des éléments qui sont potentiellement choquants", poursuit-il. 

Des images "dans lesquelles l'adulte projette ses fantasmes"

L'éditeur du Dictionnaire fou du corps, Thierry Magnier y voit bien une censure et revendique la nécessité d'un tel livre qui passe en revue le lexique de tout le corps humain renvoyant aussi à la sexualité. Il déplore qu'un regard d'adulte sur ces livres prive les enfants de leur lecture.

"Le caractère malsain des vignettes dans le Dictionnaire, ce sont les censeurs qui le voient (...). Les images dans lesquelles l'adulte projette ses fantasmes, l'enfant ne leur attribue pas la même dimension: devant une paire de seins, un gamin et son copain vont rigoler, mais seuil, il lira avec attention, en cherchant des informations", explique-t-il à ActuaLitté.

Le comédien François Morel s'est aussi ému vendredi sur France Inter du retrait de ces ouvrages, ionisant sur la "vigilance" de la Dasco et suggérant que l'on interdise aussi le Petit Larousse. L'éditeur du Dictionnaire fou du corps demande quant à lui à ce que la mairie de Paris "prenne une position claire sur le sujet" et en appelle à Anne Hidalgo. 

C. B