BFMTV

Caricatures: le site internet de Charlie Hebdo a été piraté

Charb, directeur de la publication de Charlie Hebdo, le 19 septembre 2012 à Paris.

Charb, directeur de la publication de Charlie Hebdo, le 19 septembre 2012 à Paris. - -

Le site internet de Charlie Hebdo a été piraté après l'annonce de la publication de nouvelles caricatures de Mahomet, a révélé mercredi Charb, le directeur de la publication satirique.

Le directeur de Charlie Hebdo, Charb, a annoncé mercredi que le site internet de l'hebdomadaire, était « bloqué car il a été piraté » après l'annonce de la publication de caricatures de Mahomet.
« Le site est bloqué car il a été piraté. Apparemment, c'est une attaque encore plus massive qu'en 2011 » quand Charlie Hebdo avait déjà publié des caricatures du prophète, a déclaré Charb à des journalistes au siège de l'hebdomadaire.
Charlie Hebdo est depuis l'annonce de son dernier numéro la cible de vives critiques, de représentants des mondes religieux et politique.

« Si on tient compte du contexte, c'est foutu »

Charb avait auparavant appelé le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à « soutenir la liberté de la presse et la République, plutôt que d'être impressionné par une bande de clowns ridicules qui manifestent devant l'ambassade des Etats-Unis ».
« S'il faut tenir compte du contexte, le contexte mondial ne sera jamais favorable à rigoler de l'islam radical ou des religions en général. Si on tient compte du contexte, on ne parle plus de rien, jamais, la presse satirique est condamnée et c'est foutu », a dit Charb.
Il avait affiché sa sérénité quant à d'éventuelles poursuites.
« Le CFCM [Conseil français du culte musulman] peut faire comme il avait fait en 2006, il n'avait pas franchement l'intention de nous poursuivre mais ils l'ont fait simplement pour contenter leur aile la plus radicale, pour montrer aux autres 'Regardez, on fait quelque chose'. Si c'est ça qu'il veulent, qu'ils le fassent, je ne suis pas choqué », a ajouté le patron de Charlie Hebdo, tout en affirmant n'avoir pas reçu de menace « pour l'instant ».
« Ca fait un an qu'on est protégé par la police depuis l'incendie des locaux [l'ancienne rédaction de Charlie Hebdo, NDLR]. Si c'est la condition pour s'exprimer librement en France, on sera protégé par la police comme la police protège la liberté des Français », a-t-il affirmé.
« Je préfère avoir deux fonctionnaires de police à mes côtés. Comme ça, pendant ce temps-là, ils ne sont pas en train d'expulser des Roms, c'est le bon côté des choses », s'est amusé Charb.

|||

En raison d'un trop grand nombre de dérapages et d'appels à la haine, nous fermons les commentaires liés à cet article. Merci de votre compréhension.
La Rédaction

La Rédaction avec AFP