BFMTV

Bretagne: à cause des blocages, des stations-services à sec

Plusieurs stations-services sont à sec en Bretagne (photo d'illustration).

Plusieurs stations-services sont à sec en Bretagne (photo d'illustration). - Philippe Huguen - AFP

Des travailleurs du BTP bloquent depuis plusieurs jours des dépôts pétroliers. Ils ont été rejoints par les gilets jaunes.

Beaucoup de stations-services du Finistère et du Morbihan sont en rupture totale ou partielle de carburant dimanche, conséquence du blocage des dépôts pétroliers de Lorient et Brest par des indépendants du BTP rejoints par des "gilets jaunes".

Le dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan) est bloqué depuis le 27 novembre par des indépendants du secteur des travaux publics rejoints par des "gilets jaunes", les premiers dénonçant la fin, au 1er janvier, du gazole non routier (GNR) détaxé pour les entreprises du secteur.

Blocage à l'aide de tractopelles, camions et grues de chantier

A Brest, les manifestants du secteur des travaux publics ont revêtu des gilets oranges pour se différencier des "gilets jaunes". Ils bloquent le dépôt du port de Brest depuis mercredi à l'aide de tractopelles, camions et grues de chantier, tandis que des bungalows ont été installés sur des rails devant le site. Alors que le blocage était initialement filtrant, plus aucun camion ne rentre ni ne sort depuis vendredi.

A Saint-Nazaire, les "gilets jaunes" se sont donné rendez-vous lundi à 7h pour bloquer le dépôt de Donges (Loire-Atlantique). S'ils y parvenaient, le plus gros dépôt encore en activité pour la Bretagne serait celui de Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine), près de Rennes. Julien Camblan, artisan terrassier, qui fait partie des bloqueurs brestois a déclaré:

"Le litre de GNR va augmenter de 60 centimes par litre au 1er janvier. On ne veut pas de cette augmentation" 

Non loin de là, une station Total ne proposait plus, dimanche, que du gazole, tandis qu'en périphérie de Brest, une station E.Leclerc n'avait au contraire plus que de l'essence. Sur les réseaux sociaux, nombre d'automobilistes se plaignaient de ne plus pouvoir faire le plein dimanche, notamment dans le Finistère, certains redoutant de ne plus pouvoir aller travailler.

Interrogée par l'AFP dimanche, la préfecture de Bretagne s'est voulue rassurante. "Nous avons quelques stations-services ainsi que des grandes surfaces à court de carburant ou en manque d'un type de carburant dans le Finistère et le Morbihan, mais il n'y a pas de risque de rupture d'approvisionnement en Bretagne", a-t-elle indiqué.

AFP