BFMTV

Bernard Tapie "touché personnellement" par les gilets jaunes reçus à "La Provence"

L'actionnaire principal de La Provence avait reçu samedi 5 janvier des représentants des gilets jaunes dans les locaux du quotidien régional. Invité sur le plateau de BFMTV ce jeudi, il précise toutefois ne pas vouloir prendre part au mouvement.

"En-dessous des gilets, il y a des gens." Sans vouloir se mêler "ni de près ni de loin" au mouvement des gilets jaunes, Bernard Tapie a expliqué ce jeudi soir sur notre antenne, avoir été "touché personnellement" par certains manifestants. L'actionnaire principal du journal La Provence a rencontré une soixantaine de manifestants la semaine dernière dans les locaux du quotidien régional.

"J’ai fait leur connaissance et je me suis aperçu qu’il y avait plusieurs types de gilets jaunes et ceux de Marseille m’ont plu. Maintenant que je les ai vus à l’œuvre, je sais qu’ils sont sincères", a-t-il affirmé sur notre antenne.

"Les Européennes, je m'en fous"

Toutefois, Bernard Tapie précise qu'il ne souhaite pas prendre part au mouvement. "Pourquoi j'ai ouvert mes locaux? Pour mettre fin aux blocages et aux manifestations. Et c’est pour ça que ceux qui ont l’esprit révolutionnaire ne sont pas contents". L'ancien président de l'Olympique de Marseille ne compte par non plus s'investir dans l'éventuel futur en politique des gilets jaunes: 

"Les Européennes je m’en fous, a-t-il lancé. Je souhaite juste que le processus qu'ils ont engagé ait des chances d’aboutir. A l'issue de notre réunion, ils ont réussi à se mettre d'accord pour être un groupe organisé et représentatif".

A l'issue de la réunion dans les locaux de La Provence, les représentants des gilets jaunes ont annoncé la création de "Gilet jaune, le mouvement", largement contesté par d'autres manifestants, qui leur reprochent notamment de ne pas représenter "le peuple". 
Ambre Lepoivre