BFMTV

Bernard Cazeneuve joue l'apaisement auprès des policiers

Bernard Cazeneuve le 19 octobre 2016.

Bernard Cazeneuve le 19 octobre 2016. - capture d'écran BFMTV

Le ministre de l'Intérieur a pris la parole au cours d'une conférence de presse, après avoir reçu les représentants des syndicats des policiers. Il s'agissait d'apporter une réponse gouvernementale alors que la polémique n'a pas cessé depuis la manifestation des policiers sur les Champs-Elysées le 17 octobre.

Après avoir reçu les représentants des syndicats de policiers, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, s'est exprimé devant la presse. L'idée était d'apporter des solutions pour apaiser le climat après la manifestation impromptue de 500 policiers sur les Champs-Elysées le 17 octobre. Ce mouvement de protestation avait fait suite à l'attaque de policiers à Viry-Châtillon.

Après les manifestations, l'indulgence se profile

Il était attendu sur la question de l'enquête diligentée par l'IGPN sur les suites disciplinaires à donner aux manifestations, le ministre de l'Intérieur a simplement dit:

"Nous avons plus que jamais besoin des policiers, la valeurs que nous devons défendre ensemble, c'est la notion de respect, le respect dû aux policiers, gendarmes, enseignants, personnel hospitalier, à tous ceux qui incarnent l'Etat, le respect que les policiers doivent à leur hiérarchie et que leur hiérarchie leur doit. Ce n'est pas dans une logique de sanction mais de rappel ferme de ces principes que j ai voulu que des choses puissent être dites, rappelées."

Des concertations auront lieu dans la police dès lundi

A demi-mots, c'est donc l'indulgence qui est donc de mise pour les policiers manifestants. Bernard Cazeneuve a surtout évoqué ce que les représentants syndicaux de la police avaient plus tôt appelé un "Grenelle de la sécurité". Le ministre a en effet annoncé la tenue d'un cycle de concertations au sein des forces de l'ordre dès lundi prochain:

"J'ai demandé aux préfets de mener dans chaque département une concertation approfondie avec les personnels de police et leurs représentants syndicaux. Ces concertations porteront sur la dotation de la sécurité publique, la question des charges indues, l'amélioration des conditions de travail."

Le ministre souhaite disposer des résultats de ces délibérations en décembre pour une application des mesures prônées dès le début de l'année prochaine. 

Un plan "sécurité publique" en novembre

La question des charges indues est particulièrement sensible pour les policiers qui estiment trop sollicités dans le cadre de missions ne relevant pas directement de leurs fonctions, comme des opérations de surveillance. Evoquée durant ces concertations, elle sera aussi au centre du plan sécurité publique que le pensionnaire a annoncé ce soir et qui sera dévoilé au mois de novembre. 

Enfin, Bernard Cazeneuve a cherché à défendre le bilan, chiffré, du gouvernement en matière de sécurité: 

"Dans un contexte budgétaire contraint, nous recréons sur l'ensemble du quinquennat 9.000 postes de policiers et de gendarmes alors que 13.000 avaient été supprimés entre 2007 et 2012. Cette montée en puissance correspond au rythme de sortie des écoles de formation car il faut du temps pour former les policiers et pour restaurer les moyens de la police alors qu'il aura fallu peu de temps pour les détruire."

Robin Verner