BFMTV

Adolescents foudroyés: début de polémique sur l'absence de vigilance orange

Photo d'illustration

Photo d'illustration - ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le département de la Vienne, dans lequel huit adolescents ont été frappés par la foudre, n'était pas placé en alerte orange lundi soir.

L'accident aurait-il pu être évité ? C'est la question qui commence à poindre à Lathus-Saint-Rémy, dans la Vienne, alors que huit adolescents ont été foudroyés lundi soir dans un centre de loisirs, dont un grièvement.

La Vienne ne faisait pas partie des 13 départements placés hier soir en vigilance orange pour les orages, mais était seulement en alerte jaune. "Rien n'a pu être fait en préventif", constate ainsi sur notre antenne le maire de Lathus-Saint-Rémy, Jacques Compain. Dominique Josso, directeur du centre en plein air, estime que l'alerte aurait pu éviter cet accident:

"Dès que nous sommes avertis par les services de la préfecture et du ministère de la Jeunesse et des Sports lors d'alertes oranges, nous rapatrions tous les jeunes enfants et adolescents qui campent chez nous dans les bâtiments en dur, puisque nous avons la capacité de les héberger. Or, hier soir, nous n'avons eu aucune alerte."

Phénomène imprévisible

Notre spécialiste météo, Patricia Charbonnier, explique cependant qu'il s'agit d'un phénomène météorologique très difficile à prévoir:

"Les situations météorologiques orageuses sont toujours très complexes. (...) Quand on a ce type de perturbation orageuse, tous les départements autour de ces perturbations sont placées en vigilance jaune. C'est-à-dire que le risque est marqué. Le risque orageux était marqué hier soir sur le département de la Vienne, mais les orages éclatent de façon plus isolée, c'est difficile à prévoir."

"L'orage a une capacité à naître et à se développer rapidement, ça peut surprendre tout le monde", complète Stéphane Pedeboy, spécialiste de la foudre à Météorage.

"Comme tout système d'alerte, la vigilance orage a ses limites. (...) Les modèles de prévision ne sont pas infaillibles, malheureusement."

L.N.