BFMTV

Live - Un incident à Fessenheim fait deux blessés légers

-

- - -

Un dégagement de vapeur d'eau s'est produit ce mercredi à la centrale nucléaire de Fessenheim dans le Haut-Rhin. Les pompiers ont fait état de deux blessés légers.

Vous avez été témoin de l'incident ? Envoyez nous vos images sur Témoins BFMTV.

Ce live est désormais fermé, merci de l'avoir suivi.
Retrouvez la synthèse des événements qui se sont produits ce mercredi après l'incident de Fessenheim.

20h15 "D'un point de vue nucléaire, c'est un non-événement", affirme Thierry Charles, directeur général adjoint de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

18h43

Sur Twitter, Greenpeace a également réagi :

Search API will now always return "real" Twitter user IDs. The with_twitter_user_id parameter is no longer necessary. An era has ended. ^TS

18h24

L'ex-candidate à écologiqte à la présidentielle Eva Joly a réagi sur Twitter :

Search API will now always return "real" Twitter user IDs. The with_twitter_user_id parameter is no longer necessary. An era has ended. ^TS

18h11

Le ministère de l'Ecologie indique que l'incident est "sans enjeu de sûreté" nucléaire.

La ministre, Delphine Batho, "s'est immédiatement entretenue avec l'Autorité de sûreté nucléaire qui lui a confirmé que cet incident est sans enjeu de sûreté", souligne le ministère.

Delphine Batho a demandé à EDF, exploitant de la doyenne des centrales françaises, et à l'ASN "un rapport complet sur cet événement qui sera rendu public".

"Il s'agit d'un accident du travail qui a entraîné des brûlures légères aux mains pour deux salariés, qui ont été pris en charge médicalement", précise le ministère, évoquant un "incident de nature chimique". 

Un représentant de la CGT à la centrale, Jean-Luc-Cardoso explique : "Il n'y a pas eu d'incendie, pas de mort et deux collègues ont été lègèrement blessés. [...] Ils vont sans doute être évacués par précaution à l'hôpital, mais l'incident n'est pas si grave."

17h48

Charlotte Mijeon, la porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, a réagi à l'antenne de BFMTV : "Pour l'instant nous n'avons pas assez d'informations mais nous sommes inquiets. [...] Le dégagement n'est pas dangereux en tant que tel mais il peut être le symptôme d'un dysfonctionement grave. Pour nous, c'est inquiétant. Cela apporte la preuve que l'exploitant ne maîtrise plus la sûreté."

17h43

François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, a déclaré mercredi que l'incident à la centrale nucléaire de Fessenheim venait "rappeler à tout le monde qu'il y a un danger avec le nucléaire".

"Cette nouvelle vient rappeler à tout le monde, à tous ceux qui croyaient qu'avec le nucléaire il n'y avait pas de problème de sécurité, qu'il y a toujours un danger", a déclaré M. de Rugy, tout en restant "prudent" en attendant davantage d'informations.

"François Hollande a pris un engagement de fermer Fessenheim, cet engagement, il faut qu'il soit tenu", a ajouté le co-président du groupe EELV à l'Assemblée nationale.

"Quoi qu'il arrive, nous souhaitons un calendrier (de fermeture de Fessenheim) et au-delà, il faut un audit transparent et pluraliste des centrales nucléaires qui puisse juger de nos installations, à commencer par les plus anciennes", a insisté M. de Rugy.

17h39

Joint à l'antenne de BFMTV, Noël Mamère, maire de Bègles et député de la Gironde, a réagi à l'incident : "Cet incident, on espère qu'il sera maîtrisé le plus vite possible. Il est la peruve qu'il faut fermer Fessenheim le plus vite possible. [...]

Il est aussi la preuve qu'il ne faut surtout pas dépenser des milliers d'euros en soins palliatifs. Ces milliards d'euros, il vaut mieux les consacrer aux énergies renouvelables que pour rafistoler des centrales en foin de vie. [...]

L'energie nucléaire est sale du point de viue de l'energie, mais elle est également très sale du point de vue social."

Voir l'interview de Noël Mamère :

17h28

Une porte-parole d'EDF déclare que c'est le dégagement de chaleur qui aurait déclenché l'alerte incendie. L'incident serait un "un petit problème" qui a eu lieu "dans des bâtiments auxiliaires de la zone nucléaire, mais pas dans le bâtiment du réacteur".

17h10

Un officier du Codis (Centre opératinnel départemental d'incendie et de secours) affirme que les pompiers du Haut-Rhin "sont en cours d'intervention, avec une cinquantaine d'hommes sur place".

17h03

Selon EDF, deux personnes ont été légèrement brûlées aux mains à travers leurs gants par un dégagement de vapeur d'eau. L'incident s'est déroulé lors d'une opération de maintenance.

17 heures

"Ce n'est pas un incendie", a estimé la préfecture, selon les premières informations dont elle disposait. "Il y a eu un dégagement de vapeur d'eau oxygénée produit suite à l'injection dans un réservoir de péroxyde d'hydrogène qui a réagi avec de l'eau", a ajouté un porte-parole.

L'incident, qui s'est produit vers 15 heures, avait été précédemment été décrit comme un "incendie chimique".

-
- © -

La centrale de Fessenheim, équipée de deux réacteurs de 900 mégawatts, est la plus ancienne du parc électronucléaire français. Elle a été construite en 1977.Sa durée de vie ne devait initialement pas excéder 40 ans. Elle est située face à l'Allemagne, au bord du Rhin. Sa fermeture a été promise aux alliés écologistes du PS en 2017 par François Hollande.

En juillet 2011, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé que le réacteur numéro un était "apte" à fonctionner dix années supplémentaires, "à condition de respecter un certain nombre de prescriptions". L'ASN recommande notamment le renforcement du radier, la dalle de béton sur laquelle a été construit le réacteur, avant le 30 juin 2013.

C'est la seule fermeture de centrale prévue en France d'ici 2017.

Plus de détails sur la centrale la plus controversée de France :