BFMTV

La Chine annonce le lancer d'une sonde autour de la Lune

La Chine continue sa conquête de la lune avec la mission Chang'e-5, mais toujours loin derrière ses concurrents occidentaux.

La Chine continue sa conquête de la lune avec la mission Chang'e-5, mais toujours loin derrière ses concurrents occidentaux. - AFP PHOTO/Mark RALSTON

Grande première pour la Chine : une sonde devrait être placée en orbite autour de la Lune avant la fin de l'année.

La Chine poursuit sa conquête spatiale. L'administration d'État chargée des programmes scientifiques pour la Défense nationale chinoise a annoncé dans un communiqué ce dimanche qu'une première sonde chinoise allait être placée en orbite autour de la Lune. L'appareil, dont le lancement est prévu avant la fin de l'année, a été acheminé à son centre de lancement dans le Sichuan (sud-ouest).

La Chine toujours plus ambitieuse

L'an dernier, un module d'exploration chinois nommé le "Lapin de Jade" avait déjà connu un succès spatial avec un alunissage en douceur, avant de rencontrer des problèmes mécaniques. Il s'agissait de la mission Chang'e-3, un exploit qui était jusqu’alors uniquement réussi par les États-Unis et l’URSS et qui n’avait plus été réitéré depuis 37 ans.

Cette fois, la sonde lunaire devrait permettre de mettre à l'épreuve des technologies qui seront ensuite utilisées pour la mission Chang'e-5 (du nom de la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise), visant à collecter des échantillons du sol lunaire, selon l'agence Chine nouvelle.

Un symbole de puissance

Depuis la Guerre froide et la compétition entre américains et soviétiques, la conquête spatiale est un haut lieu d'affirmation de sa supériorité, tant technologique que politique. Ainsi, l'annonce de la mise en orbite d'une sonde autour de la lune est un symbole important de l'ascension de la Chine parmi les puissances mondiales.

Aujourd'hui, les effectifs chinois mobilisés par l'armée pour cette mission sont équivalents aux effectifs américains (150.000 personnes) et cinq fois supérieurs aux effectifs européens. Pékin affirme ainsi son influence géostratégique à travers sa maîtrise d’une technologie spécifique, un budget spatial évalué à plusieurs milliards de dollars et un programme spatial ambitieux.

Un retard difficile à rattraper

En 2003, le premier Chinois dans l’espace avait déjà marqué une première réussite spatiale pour la République populaire. Mais pour que la Chine devienne le premier pays asiatique à mettre le pied sur la Lune, une station permanente a prévue d'être placée en orbite avant 2020 dans le but de réussir à envoyer le premier homme.

De nos jours la Chine affiche toujours un retard technologique conséquent comparé à ses concurrents occidentaux, notamment concernant la quête spatiale de Mars. Un haut responsable scientifique cité par les médias officiels indiquait en 2012 que la Chine prévoyait de prélever des échantillons sur Mars avant 2030, quand le robot Curiosity, lancé par la Nasa la même année sur la planète rouge, procédait déjà à des prélèvements en 2013.

E.D. avec AFP