BFMTV

La centrale nucléaire du Bugey au ralenti à cause de la sécheresse

La centrale nucléaire du Bugey

La centrale nucléaire du Bugey - JEFF PACHOUD / AFP

La puissance du réacteur numéro 3, habituellement refroidi par les eaux du Rhône, a dû être baissée plusieurs jours cette semaine.

C'est une conséquence directe de la sécheresse qui touche la région depuis plusieurs semaines: EDF a annoncé avoir réduit la puissance du réacteur numéro 3 de sa centrale nucléaire du Bugey, à Saint-Vulbas, dans l'Ain, à une quarantaine de kilomètres de Lyon.

"En raison des conditions climatiques actuelles et pour respecter la réglementation, l’unité de production n°3 de la centrale du Bugey a été amenée, depuis hier en toute fin de soirée et de façon programmée, à réduire son niveau de production", écrit EDF dans un communiqué. La puissance de ce réacteur est passée de 900 à 285 Mégawatts jusqu'à ce mercredi.

"Cette modulation de puissance est réalisée dans le but de préserver la faune et la flore des milieux aquatiques", justifie le communiqué.

Faible débit du Rhône

Habituellement, les réacteurs numéro 2 et 3 de cette centrale, qui en compte quatre au total, sont refroidis par les eaux du Rhône. Mais ces dernières semaines, le débit du fleuve est très bas, seulement 200 mètres cubes par seconde contre 700 sur des périodes de fortes eaux en été et une moyenne annuelle de 450.

Or le prélèvement et le rejet de ces eaux est soumis à une réglementation stricte. "La centrale de Bugey prélève en effet de l’eau dans le Rhône pour assurer le refroidissement de ses unités de production et pour alimenter les différents circuits nécessaires à son fonctionnement. Cette eau est ensuite restituée au Rhône à une température plus élevée, qui dépend du niveau de puissance des installations", explique EDF.

Pas plus de 24°C

Et de préciser que l'échauffement ne peut pas dépasser 7°C maximum, "avec une température aval maximale de 24°C tout au long de l’année". "Seule exception, du 1er mai au 15 septembre, l’échauffement du Rhône ne doit pas dépasser 5°C et la température aval 26°C", poursuit le communiqué.

Une situation loin de rassurer les opposants au nucléaire qui s'inquiètent de voir cette situation se reproduire à cause de la multiplication des épisodes de sécheresse liée au réchauffement climatique. Le 21 juillet dernier, EDF avait déjà dû procéder à une baisse de la puissance pendant 24h sur ce même réacteur.

Benjamin Rieth