BFMTV

L'eau de la Terre serait encore plus vieille que le Soleil

Notre planète "bleue", la Terre.

Notre planète "bleue", la Terre. - Wikimedia - CC

Si le Soleil est plus vieux que la Terre et les autres planètes de notre système, l'eau que nous buvons ou dans laquelle nous nous baignons le serait encore beaucoup plus, affirment des scientifiques.

C'est un paradoxe qui défie la logique apparente du temps: le soleil âgé de 4,6 milliards d'années est le plus vieux corps céleste de notre système, mais l'eau que nous buvons ou sur laquelle nous naviguons est, du moins en partie, plus ancienne encore, rapporte une étude publiée dans le revue Science

Cette assertion est le fruit de nouveaux travaux menés sur la chimie du système solaire primitif. Ils tendent à prouver que l'abondance d'eau sur notre planète ne résulte pas de conditions particulières locales, issues de particularités du disque protoplanétaire remontant à la formation du soleil, mais que cette abondance d'eau est le résultat d'un processus habituel.

De l'eau aussi sur les exoplanètes

Autrement dit, les chercheurs parient sur le fait que l'eau est également abondante dans tout l'univers et donc commune aux exoplanètes que les astronomes recensent régulièrement. Et l'eau, bien sûr, c'est la possibilité de vie. "Nous pouvons voir que le processus de formation de notre système solaire n'a pas été unique et que, de ce fait, des exoplanètes peuvent se former dans des environnements où l'eau est déjà abondante", explique le professeur Harries, du département de physique et d'astronomie de l'université d'Exeter au Royaume-Uni, un des auteurs de ces travaux.

Comment déterminer l'âge de notre eau? 

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques se sont appuyés sur la mesure du taux de deutérium appelé aussi "hydrogène lourd" (car il a un proton et neutron) présent dans l'eau. Ils ont étudié les signatures chimiques des molécules d'eau puis utilisé un modèle informatique sophistiqué leur permettant de remonter le temps. Cela leur a permis de distinguer les molécules issues du disque de poussières et de gaz formé autour du jeune soleil et celles héritées d'un nuage interstellaire plus ancien. Résultat, 30 à 50% de l'eau présente sur Terre serait plus anciens que le soleil lui-même.

David Namias