BFMTV

Dalkia pilote l'efficacité énergétique

Dalkia vise une diminution de 40 % des consommations d'énergie grâce à son système de pilotage

Dalkia vise une diminution de 40 % des consommations d'énergie grâce à son système de pilotage - -

Malgré les objectifs fixés, les bâtiments représentaient encore 44 % de la consommation d'énergie de la France en 2011. Les entreprises mais aussi les collectivités attendent des solutions pour réduire leur consommation. Dalkia a mis au point un service "d'intelligence énergétique'. C'est une première.

Ils sont une dizaine d'ingénieurs à scruter des écrans derrière des alvéoles blanches en plein cœur de la Défense. Sous leurs yeux, la consommation d'énergie d'une école à Joinville-le-Pont ou encore d'un bâtiment résidentiel à Garges-lès-gonesse. Et soudain une alerte: la consommation de chauffage est anormalement élevée. Il faut aller voir sur place: un technicien va passer en revue le bâtiment et le diagnostic tombe: une vanne d'isolation fuit. Une hausse d'un degré de la température représente une augmentation de 7 % de la consommation. Il faut donc savoir que l'information remonte vite et pouvoir agir rapidement.

C'est toute la force du DESC (le Dalkia Energy Savings Center) dévoilé officiellement ce mardi par Dalkia. Un service unique dans son genre: une plate-forme intégrée de pilotage de l efficacité énergétique Il ne s'agit pas seulement d installer des capteurs mais être en mesure de rectifier le tir. C'est pourquoi 8000 opérateurs sont mobilisés, d'autres pourront l'être dans un horizon prochain. Tout a commencé en Ile-de-France avec ce premier centre de Paris-La Défense. Il est service depuis le mois d'avril. Il supervise 1100 installations de Dalkia sur les 12 000 qu'il compte au total sur la région. Des écoles, des hôpitaux, des résidences, des bureaux ou encore des équipements sportifs.

Optimiser le parc existant

Dalkia s'est fixé un objectif précis: doubler le volume des économies réalisées pour atteindre une baisse de 40 %. Les conséquences sont importantes en terme de réduction de CO2 mais elle représente une diminution conséquente du coût. Si tous les bâtiments collectifs bénéficiaient du DESC, les économies atteindraient 5 milliards d'euros selon les estimations de Dalkia.

Pour ce faire, un contrat de confiance se met en place ou plutôt un contrat de performance énergétique. Tout est défini à la signature avec le client. Des objectifs sont fixés mais l'utilisateur aura aussi son rôle à jouer. C'est pourquoi Dalkia s'engage à informer régulièrement les habitants des lieux en temps réel. Pour le groupe qui ne donne pas de précision sur les montants investis, le client s'y retrouve vite car le retour sur investissement est de l'ordre de 3 années.

7 centres à l'horizon 2020

À l'heure où l'on parle bâtiment à énergie positive, Dalkia préfère miser sur l'optimisation du parc existant qui ne se renouvelle, il faut le rappeler que de 1 % par an. Le groupe compte bien proposer ce service à l'international et mettre en avant son savoir-faire. Prochaine étape Lille puis Lyon avant le déploiement de 7 centres à travers toute la France sur les grandes métropoles.

Dalkia est loin d'être absent sur le marché des smarts grids, ces réseaux intelligents qui seront au cœur de la ville de demain mais il ne mise pas sur la technologie à tout prix, l'humain y a sa place. C'est pourquoi un tel déploiement peut être source de créations d emploi. Veolia dont Dalkia est l'une des filiales (avec EDF) a d'ailleurs créé des campus pour optimiser la formation. L'énergie de demain manque encore de spécialistes. Et ces métiers vont encore évoluer.

Nathalie Croisé de BFM Business