BFMTV

Climat: vous constatez les effets du réchauffement en France? Des ONG lancent un appel à témoignages

Manifestants pour le climat à Paris, devant le Panthéon, le 15 mars 2019.

Manifestants pour le climat à Paris, devant le Panthéon, le 15 mars 2019. - Thomas Samson - AFP

Les témoignages recherchés peuvent concerner des modification perceptibles liées au réchauffement - événements climatiques extrêmes, érosion des côtes, plantes et animaux perturbés - ou leurs impacts - santé, perte de revenus, vie quotidienne, éco-anxiété...

Vous vous considérez comme un "témoin" ou une "victime direct des changements climatiques"? Les ONG porteuses de l'action en justice contre l'Etat pour inaction climatique, soutenues par près de 2,3 millions de signataires, lancent ce mercredi un appel à témoins pour cartographier les effets du réchauffement en France, et éventuellement renforcer le dossier judiciaire de "l'Affaire du siècle".

Portée par la Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, l'association Notre affaire à tous, et Oxfam France, cette dernière a débouché sur le dépôt en mars 2019 d'un recours contre l'Etat devant la justice administrative. La procédure attend maintenant une réponse des services de l'Etat avant une éventuelle audience.

Dénonçant le fait qu'un an après le lancement de leur pétition "l'Etat est toujours en retard sur ses objectifs" alors que "la société est plus mobilisée et inquiète que jamais et que les impacts du dérèglement climatique en France deviennent de plus en plus visibles", les quatre veulent relancer le dossier et dénoncer un "#RetardDuSiècle".

"Mettre un peu plus la pression sur l'Etat"

Elles appellent donc les citoyens à "témoigner des conséquences des changements climatiques qu'ils constatent déjà dans leur quotidien". Ces témoignages seront recueillis sur les réseaux sociaux via le mot-dièse #TémoinDuClimat ou sur le site de l'action. Ils peuvent concerner des modification perceptibles - événements climatiques extrêmes, érosion des côtes, plantes et animaux perturbés - ou leurs impacts - santé, perte de revenus, vie quotidienne, éco-anxiété...

"Il s'agit de mettre un peu plus la pression sur l'Etat pour le pousser à nous répondre," explique Cécilia Rinaudo, directrice générale de Notre affaire à tous. Par ailleurs, les témoins peuvent "se déclarer intéressés pour être intégrés au recours juridique et les témoignages les plus détaillés, les plus circonstanciés, ceux qui pourront fournir des preuves pourront être (intégrés) au recours pour l'appuyer".

"C'est aussi un moyen de rappeler à l'Etat qu'on attend qu'il réponde et au-delà de la réponse, surtout qu'il agisse", précise Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

"Il reste beaucoup de travail à faire"

Car pour les quatre ONG les politiques actuelles sont loin de permettre la réalisation des engagements de la France. Ainsi de la "neutralité carbone" prévue pour 2050 par la loi énergie-climat adoptée en septembre: sans relèvement de l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (-40% d'ici 2030) cet objectif est inatteignable et sur les rythmes actuels "la neutralité carbone prévue en 2050 serait obtenue en 2093, soit avec 43 ans de retard", dénoncent-elles.

Cette nouvelle action intervient le jour de la publication d'un rapport du Haut conseil pour le climat, mis en place par Emmanuel Macron, qui estime que la France doit considérablement renforcer l'évaluation de l'impact climatique de ses lois pour mieux piloter son action de lutte contre le réchauffement. "Seuls 3% des articles de lois (sont) évalués sous l'angle du climat", regrette l'organisme. "Il reste beaucoup de travail à faire" souligne la climatologue Corinne Le Quéré, présidente du HCC

M.D. avec AFP