BFMTV

Cap sur les trous noirs pour les scientifiques européens

Un anneau géant de trous noirs.

Un anneau géant de trous noirs. - -

Des chercheurs se sont vu accorder 14 millions d'euros afin de prouver l'existence des trous noirs. Ce mystère passionne la communauté scientifique depuis plusieurs siècles.

Les chercheurs vont-ils faire toute la lumière sur le trou noir? L'existence de ces objets célestes, dont la concentration en masse énergie est si compacte que même les photons ne peuvent se soustraire à sa force gravitationnelle, est devenue très crédible depuis les travaux d'Albert Einstein sur la relativité générale. Elle est d'ailleurs admise par la quasi-totalité de la communauté scientifique. Sauf que personne n'a pu en observer de manière directe.

Afin d'y remédier, le Conseil européen de la recherche (CER) a financé à hauteur de 14 millions d'euros un groupe composé de trois chercheurs, pour qu'ils puissent prouver l'existence des trous noirs, selon une information de France 24.com.

Heino Falcke (Université de Nimègue), Michael Kramer (Institut radioastronomie de Bonn) et Luciano Rezzolla (Université Goethe de Francfort) sont les heureux élus. Ils ont pour mission de saisir l'horizon du trou noir, c'est-à-dire la partie à partir de laquelle rien ne peut échapper à son attraction gravitationnelle, pas même la lumière.

"Un tournant dans les sciences modernes"

Le trio, baptisé BlackHoleCam, étudiera plus précisément "le cœur de la Voie lactée, qui abrite une mystérieuse source radio appelée Sagittarius A et qui est considérée comme le centre d’un trou noir supermassif".

Ils seront aidés par une technologie appelée "Interférométrie à très longue base". Cette dernière leur permettra d’observer ce trou noir située dans la constellation du Sagitaire et de déterminer avec une extrême précision les déformations de l'espace et du temps provoqués par les trous noirs. La technique devrait fournir des images directes.

"La technologie est désormais assez avancée pour que nous puissions nous représenter des trous noirs et confirmer leur existence", a expliqué le professeur Heino Falcke. "S’il n’y a pas d’horizon des événements, alors il n’y a pas de trou noir".

Consciente de la portée de cette mission, l'équipe s'est réjouie d'avoir "l'opportunité de vivre un tournant dans l'histoire des sciences modernes". Einstein avait-il raison? Réponse dans quelques années.

Emmanuel Bringuier