BFMTV

Aux Émirats, on ensemence les nuages pour provoquer la pluie

Créer de la pluie, le nouveau pari des Émirats arabes unis. Le pays a développé une nouvelle méthode: ensemencer les nuages.

Pour augmenter les précipitations, rien de plus simple: un avion à double hélice, des fusées, et des cristaux de sel suffisent. C'est la méthode employée par les Émirats arabes unis, l'un des pays les plus arides au monde. 

Sous le soleil brûlant à l'aéroport d'Al-Aïn, un avion à double hélice attend que le ciel se couvre. Lorsque la météo le permet, les appareils Beechcraft décollent pour larguer des fusées qui injectent des cristaux de sel dans les nuages. Objectif, augmenter la condensation et liquéfier les éléments célestes.

Au sol, les spécialistes du Centre national de météorologie et de sismologie (CNMS), qui dirigent ce programme d'ensemencement un peu spécial, surveillent l'évolution de la météo pour signaler aux pilotes leur départ en mission.

La meilleure saison reste l'été, lorsque les nuages se forment au-dessus des montagnes Al-Hajar, dans l'Est du pays, déviant le vent chaud qui souffle du golfe d'Oman. La force du courant d'air ascendant détermine le nombre de fusées tirées, explique Mark Newman, pilote en chef adjoint au CNMS "Dès qu'il pleut, il y a beaucoup d'excitation à l'idée que la pluie sera forte. Malheureusement, tous les nuages ensemencés ne donnent pas forcément de pluie."

L'ensemencement moins cher et plus fructueux que le dessalement

Il y a plusieurs mois, le Centre a reçu 78 études préparées par 325 chercheurs de 151 institutions. En mai, il a sélectionné 15 équipes, qui vont travailler sur les moyens d'augmenter les précipitations. Avec à la clef, un prix de 5 millions de dollars (environ 4,5 millions d'euros) à partager entre les études qui seront retenues.

Jusqu'à présent, la principale méthode développée par le pays pour lutter contre son manque de pluie était le dessalement. Il produit 14% de l'eau de dessalement dans le monde. Mais la pluie générée par l'ensemencement des nuages coûte à la fois moins cher et produit plus de résultats. En 2010, quatre jours de fortes pluies par ensemencement des nuages avaient apporté l'équivalent de la production de neuf ans d'une usine de dessalement à Abou Dhabi.

Des études montrent que l'ensemencement pourrait augmenter la pluviométrie de 5 à 70% en fonction des formations de nuages.

la rédaction avec AFP