BFMTV

Véran annonce que le vaccin AstraZeneca pourra être administré aux 65-75 ans "avec comorbidités"

Le ministre de la Santé Olivier Véran, sur France lundi 1er mars 2021

Le ministre de la Santé Olivier Véran, sur France lundi 1er mars 2021 - France 2

Les personnes "qui ont ce qu'on appelle des comorbidités, peuvent se faire vacciner avec AstraZeneca sans limite d’âge" incluant les 65 – 75 ans, a déclaré le ministre de la Santé.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a acté ce lundi soir sur France 2 la modification de la stratégie vaccinale pour le vaccin AstraZeneca en l’autorisant pour les individus de plus de 65 ans, jusqu'à 75 ans, ce qui n'était pas le cas auparavant.

"Toutes les personnes qui sont âgées de 50 ans et plus, et qui ont ce qu’on appelle des comorbidités, peuvent se faire vacciner avec AstraZeneca sans limite d’âge", ce incluant les 65 – 75 ans, a-t-il expliqué. Ils pourront se faire vacciner chez leur médecin traitant, à l’hôpital, et d'ici quelques jours dans les pharmacies.

Pour rappel, jusqu'à présent, ce vaccin était réservé à tous les professionnels de santé, y compris les moins de 50 ans, et aux 2 millions de personnes âgées de 50 à 64 ans atteintes d'une comorbidité. En revanche, "pour les personnes de plus de 75 ans c’est toujours le Pfizer ou le Moderna en centre de vaccination", a-t-il expliqué.

Un avis de la Haute Autorité de Santé favorable

"La Haute autorité de santé (HAS) considère désormais que tous les vaccins dont nous disposons en France ont une efficacité qualifiée de 'remarquable', pour préserver les gens et les protéger des risques de formes graves du Covid", a expliqué le ministre de la Santé. La HAS avait en effet annoncé qu'elle allait "actualiser" mardi matin son avis sur l'utilisation du vaccin AstraZeneca pour les plus de 65 ans.

Cette annonce intervient alors qu'une étude de l'université d'Edimbourg, publiée la semaine dernière, tend à confirmer l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca, même chez les plus de 80 ans. "Chez les personnes âgées de 80 ans et plus - l'un des groupes à risque le plus élevé - la vaccination était associée à une réduction de 81% du risque d'hospitalisation" dans la quatrième semaine suivant la vaccination, écrivent les chercheurs.

Selon les donnée d'Olivier Véran, "c’est 2,5 millions de Français en plus", qui seront concernés, "en gros c’est un tiers des Français âgés de 65 à 75 ans qui peuvent d’ores et déjà y accéder".

Sur les 1,137 million de doses du vaccin AstraZeneca livrées en France, seulement 273.000 avaient été administrées au 27 février selon les données du ministère de la Santé.

Margaux de Frouville avec Salomé Vincendon