BFMTV

Un vétérinaire bientôt nommé à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil?

L'hôpital Henri-Mondor à Créteil.

L'hôpital Henri-Mondor à Créteil. - Bertrand Guay - AFP

D'après Le Figaro, l'hôpital Mondor à Créteil prévoit d'accueillir dans ses services un vétérinaire. L'hôpital doit encore obtenir un arbitrage du ministère de la Santé pour valider l'arrivée de ce praticien, spécialisé dans l'étude des anomalies des tissus biologiques.

Y aura-t-il bientôt un vétérinaire parmi les médecins de l'hôpital Henri-Mondor? Le prestigieux établissement de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris situé à Créteil étudierait la question, selon des informations du Figaro. Le journal rapporte la nomination surprenante d'un nouveau praticien anatomopathologiste, une spécialité "dédiée à l'étude morphologique des anomalies macroscopiques et microscopiques des tissus biologiques".

Actuellement expert à Pasteur, le spécialiste affiche un CV bien fourni, sauf qu'il n'est pas médecin... mais vétérinaireLe Figaro a pu se procurer le compte-rendu de la commission médicale d'établissement locale (Cmel), une instance représentant les soignants de l'établissement, consultée notamment sur les modalités d'accueil et d'intégration des professionnels.

La commission fait part de sa "réserve" quant à l'arrivée du vétérinaire, chargé de venir renforcer l'équipe "neuro-musculaire" après le départ de deux médecins. Le compte rendu de la Cmel fait état d'une recevabilité de la demande "sous condition d'obtention de la validation des acquis ou d'une délégation de tâche pour la lecture des biopsies neuro-musculaires". 

"Les patients se plaignent d'être traités comme du bétail"

Un cadre de l'établissement explique que "juridiquement, un vétérinaire qui n'a pas de formation de médecin ne peut pas valider des analyses biologiques. En attendant un arbitrage du ministère de la Santé, un cadre explique cette candidature analysée sous l'angle de "'l'intérêt universitaire avant l'intérêt hospitalier". 

Dans le corps médical, l'hypothèse d'une arrivée prochaine du vétérinaire scandalise. "Dans les hôpitaux, les patients se plaignent de plus en plus d'être traités comme du bétail. Nommer un vétérinaire n'est finalement que la suite logique", réagit une chef d'unité de l'hôpital. La directrice de l'hôpital Martine Orio se serait prononcé contre cette nomination.

C. B