BFMTV

Trop se frotter les yeux peut être dangereux pour la vue

Trop se frotter les yeux peut provoquer une maladie de la cornée, le kératocône. Un médecin souhaite informer sur ce risque trop peu connu du grand public.

C’est un geste on ne peut plus banal. Se frotter les yeux est même un réflexe face à une irritation causée par une allergie, la pollution, ou encore la sécheresse de l’air. Mais ce n'est pas sans conséquences.

"Lorsque l’on regarde ce qui se passe grâce à une IRM à l’intérieur de la cavité de l’orbite, on voit à quel point l’œil est sollicité par les frottements", note Damien Gatinel, chef de service ophtalmologie à l’hôpital Fondation Rothschild, interrogé par BFMTV.

Un risque de déformation de la cornée

Première victime: la cornée. Des frottements répétés peuvent l’abîmer et entraîner un kératocône.

"Quand on se frotte les yeux, et que l’on appuie en particulier avec les phalanges, les parties dures des doigts, on risque, si on le fait souvent, de manière intense et répétée, de déformer la cornée et cette déformation peut favoriser l’apparition du kératocône, avec des soucis de vision", détaille le spécialiste parisien.

Dans son bureau, le docteur Gatinel reçoit Samy, interne en médecine. Il souffre d’une forme légère de kératocône à l’œil gauche, celui qu’il s’est frotté régulièrement. "Je pense qu’on n’est pas assez informés là-dessus. Autour de moi, peu de personnes connaissent ce qu’est le kératocône et comment le prévenir", estime le futur médecin.

Une opération pour 1 patient sur 4

Dans un cas sur deux, le kératocône implique le port de lentilles spécifiques et pour un patient sur quatre, une opération, selon le docteur Gatinel. Au bloc de l’Institut Laser Vision, Christophe Panthier, chirurgien ophtalmologiste, opère ainsi régulièrement des kératocônes.

"La principale technique chirurgicale que l’on propose est la pose d’anneaux intra-cornéens. Le principe va être de glisser dans la cornée du patient qui est déformée un morceau d’anneau qui va lui permettre de redonner une forme bien ronde et de corriger son astigmatisme", détaille le médecin.

Le kératocône toucherait un Français sur 2000. Il s’agit d’une estimation, car cette pathologie reste largement sous-diagnostiquée.

Margaux de Frouville