BFMTV

Pour Michel Cymes, réduire l'activité physique des enfants est une "catastrophe"

Le médecin animateur a fait part de ses inquiétudes après l'annonce par l'exécutif de suspendre jusqu"à nouvel ordre les activités scolaires et extrascolaires d'intérieur".

De graves séquelles physiques et psychologiques. Michel Cymes, invité ce samedi de Apolline de Malherbe, le rendez-vous, est revenu sur les récentes annonces de l'exécutif pour tenter de juguler l'épidémie de coronavirus, toujours d'actualité en France avec notamment l'arrivée du variant britannique.

Si la généralisation d'un couvre-feu avancé à 18h, qui débute ce samedi, est une mesure que salue le médecin au regard de ses effets sur les départements déjà concernés, Michel Cymes s'inquiète toutefois des graves incidences qu'implique la suspension des activités scolaires et extra-scolaires en intérieur pour les enfants.

"On estime qu'un enfant sur 5 est en surpoids ou obèse "

"À la suite des confinements, l'indice de masse corporelle des enfants a considérablement grimpé", note l'ancien animateur du magazine de la Santé sur France 5, sans donner de chiffres précis.

Le médecin affirme également par ailleurs que "les capacités cognitives des enfants ont baissé de 40% pendant le confinement et leur capacité physique s'est effondrée".

"Empêcher les enfants, réduire l'activité physique des enfants est sur le plan sanitaire une catastrophe", conclut enfin Michel Cymes, "aujourd'hui on estime qu'un enfant sur cinq est en surpoids ou obèse".
Hugues Garnier Journaliste BFMTV