BFMTV

Mutuelles étudiantes : un système qui ne fonctionne pas

Délais de remboursements trop longs, accueil médiocre... Les mutuelles étudiantes sont très critiquées.

Délais de remboursements trop longs, accueil médiocre... Les mutuelles étudiantes sont très critiquées. - -

Un rapport sénatorial publié le 18 décembre préconise une réforme profonde d’un système jugé complexe et peu efficace.

Le Monde en fait sa une datée du 28 décembre. C’est pourtant un rapport qui a été publié le 18 décembre dernier par le Sénat et qui est passé relativement inaperçu. Délais de remboursements trop longs, accueil médiocre… Les mutuelles étudiantes sont jugées "complexes" et "peu efficaces" par la Commission des affaires sociales du Sénat.

>> A LIRE AUSSI - Les mutuelles étudiantes, un système qui marche mal selon le Sénat

Les auteurs du rapport, Ronan Kerdraon (PS) et Catherine Procaccia dénoncent les dysfonctionnements majeurs du régime de sécurité étudiante, et préconisent de créer une mutuelle étudiante unique. "Trop souvent, le service rendu n’atteint pas un niveau de qualité suffisant", assurent-ils.

Fusionner ou supprimer les mutuelles étudiantes ?

"Le statut quo n’est pas guère envisageable", écrivent encore les sénateurs, qui proposent, a minima une fusions des organismes. La fusion de La Mutuelle des étudiants (LMDE, ex-MNEF) et du réseau emeVia (qui regroupe onze mutuelles régionales : Smerep, Smerra, Vittavi, etc.) permettrait notamment de réduire les frais de gestions exorbitants - près de 13,7% des ressources. En cause, entre autres, la guerre marketing que se livrent les mutuelles à chaque rentrée pour recruter de nouveaux adhérents.

Plus radicale, les rapporteurs suggèrent une option plus radicale : la fin du régime spécifique des étudiants. Et ne manquent pas de rappeler que la France est le seul pays européens à avoir un tel système.

Risque politique

Mais les syndicats étudiants ne sont pas du tout favorable à un retour à un régime unique. Selon une source anonyme du Monde, "ces mutuelles servent de financement à certains syndicats étudiants, par l’intermédiaire des subventions aux associations proches".

En septembre, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir avait déjà épinglé le fonctionnement des onze mutuelles actuellement sur le marché.