BFMTV

La politique du médicament se réorganise en France

BFMTV

L’affaire du Mediator a laissé des traces. En effet, un projet de loi a été voté afin de réorganiser la filière. Un nouveau système d’évaluation et d’autorisation de mise sur le marché des médicaments est désormais en place.

La réforme du médicament se traduit d’abord par la naissance de l’ANSM : l’agence nationale de sécurité du médicament. Cette agence remplace l’Afssaps mais obtient des pouvoirs et des moyens plus importants que cette dernière. Elle est chargée d’évaluer les risques et les services rendus par les médicaments. Des tests peuvent désormais être réalisés périodiquement, même après leur commercialisation. En cas de doute, l’autorisation de mise sur le marché peut être modifiée, suspendue ou retirée. Les peines sanctionnant l’absence de signalement d’un effet secondaire ont également été durcies.

Autre réforme phare, la lutte contre les conflits d’intérêt. Dorénavant, les professionnels de santé sont tenus de déclarer leurs liens avec l’industrie pharmaceutique. Une commission a même été mise en place pour vérifier ces déclarations. Par ailleurs, les représentants des laboratoires n’ont plus le droit de siéger dans les commissions de l’ANSM

Enfin, la publicité auprès des professionnels de santé est soumise a priori à un contrôle. Les visiteurs médicaux, qui présentent les médicaments, ne peuvent rencontrer les professionnels hospitaliers que dans un cadre collectif, et non plus individuellement.