BFMTV

Covid-19: la Haute autorité de Santé donne son feu vert aux autotests

L'introduction des autotests permettrait de découvrir 4.000 séropositivités et d'éviter 400 nouvelles infections par an en France.

L'introduction des autotests permettrait de découvrir 4.000 séropositivités et d'éviter 400 nouvelles infections par an en France. - -

Les autotests sur prélèvement nasal pour dépister le Covid-19 peuvent désormais être utilisés par des personnes sans symptômes de plus de 15 ans, selon la Haute autorité de Santé (HAS).

La Haute autorité de Santé a donné, ce mardi, son feu vert aux autotests de détection du coronavirus par prélèvement nasal. Ils pourront donc être utilisés par des personnes sans symptômes de plus de 15 ans. Tout autotest antigénique positif doit ensuite faire l'objet d'une confirmation par test RT-PCR, permettant également de caractériser le variant en présence, précise-t-elle mardi.

Ce nouvel outil vient compléter l'arsenal du dépistage, et donne des résultats en "20 à 30 minutes" a indiqué la Pr Dominique Le Guludec, présidente de l'autorité sanitaire. Le résultat se visualise comme pour un test de grossesse. Le prélèvement nasal que l'on fait pour l'autotest est moins profond (3-4 cm) et moins désagréable que le prélèvement nasopharyngé pour les tests RT-PCT classique.

Des tests déjà disponibles dans d'autres pays d'Europe

Des autotests sont déjà disponibles en Allemagne, Autriche, Pays-Bas et depuis quelques jours en Angleterre, a relevé le Dr Mathieu Carbonneil de la HAS.

La HAS est favorable à la prise en charge de ces autotests "dans le cadre d'actions de dépistages médicaux" avec, par exemple une mise à disposition des autotests. Mais il n'appartient pas à la HAS de se prononcer sur une éventuelle prise en charge de leur usage à titre privé, selon Dominique Le Guludec.

Ces autotests antigéniques peuvent être utilisés par des gens asymptomatiques de plus de 15 ans dans le cadre d'une utilisation restreinte à la sphère privée (par exemple, avant une rencontre avec des proches...). L'autotest rapide sur prélèvement nasal "devra idéalement être réalisé le jour même ou à défaut la veille de la rencontre".

Leur efficacité sur les moins de 15 ans pas prouvée

"Il n'y a pas de données d'efficacité chez les moins de 15 ans", a noté le Dr Carbonneil.

Ces autotests peuvent servir dans une indication médicale en complémentarité des modalités de dépistage existantes : - chez les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, dans le cadre d'un dépistage répété ciblé à large échelle en alternative aux TDR/TROD (test diagnostic rapide ou test rapide d'orientation diagnostic) antigéniques sur prélèvement nasopharyngé ou nasal (moins profond).

Dimanche, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon avait prévenu sur BFMTV que les autotests seraient commercialisés "dès cette semaine" en France. "Ce sera assez facile d’accès", avait-il détaillé. "Le principe de l’autotest, c’est  justement qu’on puisse l’avoir en famille. Ce sera en supermarchés ou en  officines en tout cas, si c’est le plus facile, ça va être très facile à organiser". 

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV