BFMTV
en direct

EN DIRECT - Covid-19: la moyenne des nouveaux cas passe sous la barre des 10.000 en France

EN DIRECT - Covid-19: la moyenne des nouveaux cas passe sous la barre des 10.000 en France

Un patient infecté par le Covid-19, dans le service des soins intensifs à l'hôpital Saint-Camille à Bry-sur-Marne (Ile-de-France), le 15 avril 2021

"Déjà évoquée à plusieurs reprises, mais rejetée sur l’argument réaliste du manque de vaccins, l’obligation vaccinale doit maintenant être envisagée", estime l'Académie de médecine.

Le cap des 10 millions de Français complètement vaccinés franchi

24.098.386 Français ont reçu une dose de vaccins contre le Covid-19, indique ce mercredi soir le ministère de la Santé.

En outre, un autre cap a été franchi puisque le pays compte désormais 10.102.350 Français ayant reçu les deux doses de vaccin.

Pour la première fois depuis le 19 septembre, la moyenne des nouveaux cas en 24h passe sous la barre des 10.000

12.646 nouveaux cas ont été recensés ces dernières 24h en France, annonce Santé Publique France.

Pour la première fois depuis le 19 septembre, la moyenne des nouveaux cas en 24h passe sous la barre des 10.000 ce mercredi avec une moyenne sur sept jour de 9421 cas.

En outre, 18.593 patients sont actuellement hospitalisés et 3330 se trouvent en réanimation selon l'organisme de santé publique.

Origine du Covid: Biden demande aux services de renseignement un rapport sous 90 jours

Le président des Etats-Unis Joe Biden a appelé ce mercredi les services de renseignement américains à "redoubler d'efforts" pour expliquer l'origine du Covid-19 et exigé un rapport d'ici 90 jours.

Longtemps balayée d'un revers de main par la plupart des experts, la théorie d'un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine, est revenue en force ces dernières semaines dans le débat américain.

"Les Etats-Unis continueront à travailler avec leurs partenaires à travers le monde pour faire pression sur la Chine afin qu'elle participe à une enquête internationale complète, transparente, et basée sur des preuves", a ajouté, le président américain, déplorant l'attitude de Pékin sur ce dossier.

La Belgique restreint le vaccin J&J aux plus de 40 ans après la mort d'une patiente jeune, dans l'attente des résultats d'une enquête du régulateur européen EMA

Les autorités belges ont annoncé mercredi restreindre le vaccin anti-Covid de de Johnson & Johnson (Janssen) aux plus de 40 ans, dans l'attente des résultats d'une enquête du régulateur européen EMA sur le décès en Belgique d'une patiente jeune vaccinée pouvant avoir développé des effets secondaires graves.

Cette patiente de moins de 40 ans, "admise avec une thrombose sévère" et un "déficit de plaquettes sanguines", est morte le 21 mai, a indiqué la Conférence interministérielle (CIM) Santé publique dans un communiqué.

Elle avait été vaccinée avec le vaccin unidose de Janssen via son employeur "en dehors de la campagne belge", est-il précisé.

Les responsables de l'Agence européenne du médicament (EMA), le gendarme européen du secteur pharmaceutique, ont été "invités à évaluer le plus rapidement possible le lien entre le décès et l'administration du vaccin".

Vers un isolement obligatoire pour les personnes en provenance du Royaume-Uni

Face à la diffusion du variant indien outre-Manche, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal annonce que la France "va mettre en place un isolement obligatoire pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni". Le dispositif sera précisé dans les prochaines heures, a-t-il indiqué.

Campagne anti-Pfizer: Attal salue la "responsabilité des blogueurs qui ont dénoncé la manoeuvre"

Interrogé sur la tentative de campagne de dénigrement contre le vaccin Pfizer, pour laquelle des influenceurs ont été approchés par une mystérieuse agence de communication, Gabriel Attal a salué "la responsabilité des blogueurs qui ont dénoncé la manoeuvre".

"Je veux saluer la grande responsabilité de ces jeunes, qui ne sont pas tombés dans ce panneau, n'ont pas accepté par cupidité de relayer ces fausses informations. C'est une manoeuvre grossière. L'enjeu ne peut souffir de telle campagne de désinformation. Nos vaccins sont sûrs, qui compte cherche à affirmer l'inverse joue contre son pays", a-t-il réagi.

"24 millions de Français vaccinés d'ici ce soir", selon Attal

S'exprimant à la sortie du Conseil des ministres ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a expliqué que la situation sanitaire continue à s'améliorer" et que les 24 millions de Français primo-vaccinés seront atteints "ce soir".

"24 millions de personnes vaccinées ce soir, c'est une prouesse inédite. 80% des plus de 55 ans sont vaccinés. C'est une excellente nouvelle et la preuve que la vaccination fonctionne, sans ceux qui pensent manipuler les Français sur des fake news sur des vaccins se trompent", a fait valoir Gabriel Attal.

"Les Français sont intelligents, ils ne se laisseront pas avoir par des manipulations grossières et pitoyables ou des propos d'estrades", a-t-il ajouté, en référence à la tentative d'approche d'influenceurs pour dénigrer le vaccin Pfizer, et au rassemblement anti-Pass sanitaire qui s'est tenu à Paris le week-end dernier et a fait couler beaucoup d'encre.

L'Agence européenne des médicaments se prononcera vendredi sur une autorisation de Pfizer pour les 12-15 ans

L'Agence européenne du médicament (EMA) se prononcera vendredi sur l'autorisation du vaccin de Pfizer/BioNTech pour les 12-15 ans. S'il est approuvé, le sérum sera le premier vaccin à obtenir le feu vert de l'EMA pour être administré aux jeunes dans les 27 pays de l'Union européenne. Pour le moment, son autorisation est limitée aux personnes de plus de 16 ans.

L'EMA tiendra vendredi une conférence de presse pour partager les "résultats d'une réunion extraordinaire de son comité des médicaments à usage humain (...) à propos des indications pédiatriques du vaccin Comirnaty", a déclaré mercredi l'agence dans un communiqué.

Comirnaty est le nom commercial du vaccin anti-Covid 19 développé par le géant pharmaceutique américain Pfizer et le laboratoire allemand BioNTech.

L'agence américaine des médicaments (FDA) a déjà autorisé le vaccin Pfizer pour les 12-15 ans.

Colère à Lille après la parade du LOSC

Après l'euphorie du titre de champion de France, la polémique enfle à Lille. Plus de 15.000 personnes se sont réunies lundi, sans respect des gestes barrières pour célébrer la victoire du LOSC.

Plus gros événement autorisé depuis le début de la pandémie, ces images de foule ont suscité la colère, notamment des amateurs de cyclisme privés de Paris-Roubaix.

"On supprime des grands événements sportifs (...) et puis là, on laisse des milliers de gens déferler dans les rues, sans aucune protection", s'est agacé ce mardi sur BFM Lille François Doulcier, président des Amis du Paris-Roubaix.

"Je suis dans l'incompréhension totale. ça me conforte dans le fait que le foot est le sport est au-dessus de tout", a-t-il poursuivi.

Autre coup de gueule: celui d'une restauratrice, interrogée par nos confrères de La Voix du Nord, verbalisée d'une amende 135 euros vendredi parce que des clients ont rapproché leur table pour être à quinze. "Depuis la réouverture des terrasses, mercredi, on n’arrête pas d’être contrôlés et on voit ça."

Le vaccin obligatoire? L'Académie de médecine justifie sa recommandation par la crainte d'une "reprise" en septembre

Pourquoi l'Académie de médecine recommande-t-elle de rendre la vaccination obligatoire pour certains professionnels "particulièrement exposés au public"? "On est en présence d'une pandémie majeure, elle a fait presque 110.000 morts en France, 6 millions dans le monde selon l'OMS, et elle risque de se prolonger", justifie Patrick Berche, membre de l'institution, sur BFMTV.

Sans couverture vaccinale suffisante, "nous craignons qu'en septembre nous ayons une reprise comme on l'a vue l'année précédente qui obligera encore à faire du reconfinement", explique-t-il. D'autant qu'un "certain nombre de patients même après un Covid bénin peuvent faire des complications", insiste-t-il.

Mais Patrick Berche le rappelle: "Ce n'est pas une obligation pour le moment, ce n'est pas à nous de décider de l'obligation."

Australie: des milliers de tests après un cas de Covid dans un stade de Melbourne

Des milliers de supporters de football australien ont reçu l'ordre de s'isoler et de se soumettre à un test de dépistage du Covid-19 après qu'une personne ayant assisté à un match à Melbourne a été testée positive.

La deuxième plus grande ville d'Australie tente d'endiguer un foyer de contamination qui s'élève jusqu'à présent à 15 cas. Parmi eux, un supporter présent dimanche à un match qui a réuni quelque 23.000 spectateurs.

La Ligue de football australien (AFL) a indiqué que les milliers de fans, assis à proximité de la personne testée positive lors du match, doivent s'isoler jusqu'à l'obtention des résultats de leur dépistage. Dans le même temps, les autorités australiennes analysent les images des caméras de vidéo-surveillance afin de voir si d'autres personnes sont concernées.

Le stade où s'est déroulé ce match fait partie des nombreux sites de Melbourne fréquentés par des personnes testées positives. Les autorités se sont lancées dans une course contre la montre pour tester un maximum de personnes dans cette ville dont les 5 millions d'habitants ont vécu l'an passé quatre mois de confinement qui ont porté un sérieux coup à son économie.

Bars, restaurants, salles de sport: un QR code à scanner à partir du 9 juin

Scanner un QR Code avec son téléphone, via l'application TousAntiCovid, en entrant dans un bar, un restaurant ou une salle de sport permettra, à compter du 9 juin, d'être informé d'un risque de contamination au Covid-19 si une personne contagieuse était dans l'établissement, annonce le gouvernement mardi.

Cette nouvelle fonctionnalité, TousAntiCovid Signal, est un "cahier de rappel" numérique que les professionnels devront obligatoirement mettre en oeuvre selon le nouveau protocole sanitaire pour la réouverture de leurs établissements, a rappelé le ministère de l'Économie lors d'une conférence de presse téléphonique. Un cahier papier devra toutefois être proposé en complément.

Le QR code devra être affiché à l'entrée du bar, du restaurant ou de la salle de sport, afin de pouvoir être scanné par les clients eux-mêmes de manière anonyme.

Ces derniers recevront une "alerte orange" si un visiteur présent dans la même tranche horaire de deux heures s'est par la suite déclaré positif au Covid-19 dans l'application. Les consignes sont alors d'"aller se faire tester immédiatement, de limiter ses contacts et de surveiller ses symptômes". Si trois personnes devenues positives ont fréquenté le lieu, une "alerte rouge" préconise de "s'isoler et se faire tester immédiatement".

L'UE endosse le pass sanitaire

Réunis à Bruxelles, les dirigeants des Vingt-Sept ont endossé mardi le certificat sanitaire qui permettra une réouverture des frontières. Ils ont salué l'élaboration d'un "certificat numérique européen Covid", appelant à sa "mise en place rapide", selon les conclusions de la réunion.

Eurodéputés et Etats membres s'étaient entendus la semaine dernière sur ce pass destiné à faciliter les voyages dans l'UE à partir du 1er juillet. Attestant qu'une personne est vaccinée, immunisée ou qu'elle a passé un test négatif, ce dispositif est jugé crucial par la Croatie, l'Espagne ou la Grèce, très dépendants du tourisme.

Certains Etats veulent cependant garder le droit d'imposer aux titulaires de ces certificats des restrictions (quarantaine ou test supplémentaire): "Tout dépend de la situation sanitaire dans votre pays, et dans celle du voyageur. Cela va être complexe", confirme à l'AFP le ministre irlandais des Affaires européennes, Thomas Byrne.

Quelque 170 millions de personnes dans l'UE (46% de la population adulte) auront été vaccinées au 30 mai, selon la Commission européenne, qui vise un taux de 70% d'ici fin juillet.

L'Académie de médecine veut rendre la vaccination obligatoire pour certaines professions

L'Académie de médecine relance le débat sur la vaccination obligatoire. "Déjà évoquée à plusieurs reprises, mais rejetée sur l’argument réaliste du manque de vaccins, l’obligation vaccinale doit maintenant être envisagée", estime l'institution dans un avis publié ce mardi.

Elle préconise de "rendre la vaccination contre le SARS-CoV-2 exigible" dans plusieurs cas de figure:

  • pour l’exercice de toute activité professionnelle essentielle : conduite du gouvernement et de l’État, enseignement, services de santé, de sécurité et de défense (police, services d’incendie et de secours, armée), services d’approvisionnement de la population (alimentation, eau, énergie, numéraire, matériels informatiques) et autres services de la fonction publique
  • pour l’exercice des activités professionnelles comportant un contact avec le public, notamment dans les secteurs du commerce de détail, de la restauration, de l’hôtellerie, des établissements culturels et du sport ;
  • en préalable à toutes les activités comportant déplacements ou rassemblements, telles que les voyages internationaux, les cures thermales ou les occupations associatives
  • pour tous les donneurs de sang, de tissu ou d’organe
  • pour les étudiants avant la rentrée universitaire 2021

Le variant indien détecté dans au moins 53 territoires

Le variant du coronavirus détecté en Inde pour la première fois a été officiellement signalé dans 53 territoires, annonce l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport.

L'OMS a en outre reçu des informations, provenant de sources non officielles, selon lesquelles le variant B.1.617 a été trouvé dans sept autres territoires, d'après les chiffres de la mise à jour épidémiologique hebdomadaire de l'agence de santé des Nations unies, portant le nombre total à 60.

Selon le rapport, ce variant B.1.617 manifeste une transmissibilité accrue tandis que la gravité des cas concernée est en cours d'étude.

Le nombre de nouveaux cas et de décès du Covid-19 a continué de décroître la semaine passée avec plus de 4,1 million de nouveaux cas et 84.000 décès supplémentaires, soit des baisses respectives de 14% et 2% par rapport à la semaine précédente.

La région Europe de l'OMS est celle qui a enregistré le recul le plus fort de contaminations et de décès sur les sept jours écoulés, suivie par l'Asie du Sud-Est. Le nombre de cas constatés dans les Amériques, la Méditerranée orientale et la région Afrique est similaire à celui de la semaine précédente.

Le cap des 50% d'adultes entièrement vaccinés franchi aux États-Unis

Le cap des 50% d'adultes entièrement vaccinés contre le Covid-19 a été franchi mardi aux Etats-Unis, a annoncé la Maison Blanche. Plus de 60% des adultes (soit près de 160 millions de personnes) ont par ailleurs d'ores et déjà reçu au moins une dose de l'un des trois vaccins autorisés dans le pays.

"Désormais, 50% de tous les adultes américains sont entièrement vaccinés!" a tweeté Cyrus Shahpar, en charge du suivi des données pour la Maison Blanche. Cela signifie que ces personnes ont reçu les deux injections du vaccin de Moderna ou de Pfizer/BioNTech, ou bien l'injection unique du vaccin de Johnson & Johnson.

Après des débuts poussifs en fin d'année 2020, la campagne de vaccination de masse a été menée tambour battant par l'administration du président Joe Biden. Le rythme de cette campagne d'immunisation était toutefois sur une pente descendante entre mi-avril et mi-mai, à mesure qu'il a fallu atteindre les plus sceptiques ou les indifférents.

Le nombre de patients à l'hôpital continue de refluer

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Le nombre de malades dans les hôpitaux français continue sa lente décrue, y compris dans les services de réanimation, selon les données publiées mardi par Santé publique France.

19.430 patients atteints du Covid-19 sont actuellement hospitalisés (contre 19.701 la veille), dont 796 admis ces dernières 24 heures. Ce chiffre, qui avait dépassé les 31.000 au plus fort de la troisième vague, mi-avril, est repassé samedi sous les 20.000 pour la première fois depuis le 27 octobre.

Les services de soins critiques (appellation qui regroupe les services de réanimation, de soins intensifs et de soins continus) comptent mardi 3447 patients (contre 3.496 la veille). Le nombre de patients en soins critiques s'était maintenu autour de 6.000 entre la mi-avril et le début mai, avant de redescendre nettement depuis.

BFMTV