BFMTV

Covid-19: quels pays prévoient de vacciner les premiers?

De grandes sociétés pharmaceutiques, comme Pfizer, Moderna ou Sinopharm, proclament déjà l'efficacité de leur vaccin contre le Covid-19. Leur mise sur le marché semble imminente. Si tous les États veulent aller vite dans la vacccination de leur population, ils tiendront chacun un rythme différent.

Moderna, Pfizer, AstraZeneca, Sinopharm... De nombreuses sociétés pharmaceutiques ont assuré publiquement avoir réussi à mettre au point un vaccin efficace contre le Covid-19. Leur arrivée massive sur le marché à destination du grand public est désormais une affaire de semaines. Les États, qui ont fait du vaccin leur espoir cardinal pour sortir de cette pandémie mondiale, l'attendent avec impatience. Ils s'organisent déjà pour orchestrer, le plus rapidement et largement possible, leur campagne de vaccination. Tous ont pris rendez-vous, à des dates différentes cependant.

Emmanuel Macron donne rendez-vous au plus tard début janvier

Lors de son allocution télévisée ce mardi soir, Emmanuel Macron a précisé qu'il ne rendrait pas le vaccin contre le nouveau coronavirus obligatoire. Il a en revanche souligné l'horizon espéré:

"Les premiers vaccins, sous réserve des résultats des essais cliniques, pourront être administrés dès la validation des autorités sanitaires compétentes (...) Nous commencerons vraisemblablement dès fin décembre, début janvier, sous réserve de validation par les autorités sanitaires"

Il a assuré que cette campagne de vaccination serait chapeautée par un comité scientifique, chargé du suivi, et par un collectif de citoyens. Personnes âgées, personnels hospitaliers, malades chroniques seront les premiers vaccinés. "Les autorités sanitaires avec l'État, les collectivités locales, définiront les modalités pratiques du déploiement des vaccins avec les hôpitaux, les maisons de retraite et l'ensemble des médecins de ville", a-t-il affirmé.

La Chine déjà lancée

La Chine, qui a vu naître le Covid-19, est déjà engagée dans ce qui pourrait être le dernier combat face à la maladie. Mercredi soir dernier, Sinopharm, entreprise pharmaceutique chinoise, annonçait avoir déjà administré son vaccin expérimental à environ un million de personnes dans le cadre d'une opération relevant d'un programme d'urgence lancé en juillet dernier.

A noter que les laboratoires Sinovac, eux aussi producteurs d'une solution expérimentale, sont associés à cette campagne. Le PDG de Sinopharm, Liu Jingzhen, a annoncé que ce million de patients, dont il a assuré qu'aucun n'avait signalé d'effet indésirable ni contracté le virus depuis sa vaccination, était constitué de personnels hospitaliers, de personnels d'aéroports mais aussi d'étudiants partis à l'étranger, de diplomates et d'ouvriers du bâtiment.

Horizon 12 décembre pour les États-Unis

Les États-Unis n'en sont pas encore là, mais ils ont déjà les pieds bien calés dans les starting-blocks. Lundi soir, Moncef Slaoui, chercheur en immunologie et biologie moléculaire, et nommé en mai dernier à la tête de l'opération "Warp Speed", qui coordonne la recherche et la diffusion prochaine du vaccin à la Maison Blanche, était sur notre plateau. Il a affirmé que les premières vaccinations pourraient intervenir le 12 décembre:

"Le 11 décembre on espère que le comité des médicaments aux États-Unis, le Drug Enforcement Administration (DEA), va revoir tout le dossier d'enregistrement du vaccin de Pfizer et probablement l'approuver. Donc, 24 heures plus tard, les premières personnes seront vaccinées".

Il a exprimé le souhait que la population américaine soit vaccinée d'ici "à la moitié de l'année 2021". Là encore, les patients prioritaires seraient les résidents d'Ehpad et les personnels médicaux.

L'Allemagne fin prête

L'Allemagne devrait suivre de près. Ainsi, une soixantaine de lieux seront reconvertis en centres de vaccination dès décembre, remarque ici le Huffington Post: des stades, des patinoires, des casernes, même l'ancien aéroport berlinois. Dans un second temps, on pourra obtenir le vaccin dans les pharmacies ou auprès des médecins généralistes. Seront servis en premier les seniors, les travailleurs du secteur de la santé et certains fonctionnaires, notamment les professeurs.

Lundi, Jens Spahn, ministre de la Santé, a tablé sur une "mise en distribution d’un vaccin en tout début d’année prochaine, peut-être même encore en cette fin d’année", comme l'a relevé ici La Dépêche du Midi. Ce sont les Länder qui auront à charge la gestion des campagnes de vaccination.

L'Espagne veut démarrer fort en janvier

En Espagne, l'État compte démarrer en trombe. Dimanche soir, le Premier ministre, Pedro Sanchez, a promis le lancement des vaccinations dès le mois de janvier. Il a expliqué, comme l'a noté ici Le Point, que le vaccin serait administré au sein de 13.000 centres.

Le chef du gouvernement espagnol a dit son objectif de voir une grande partie du peuple espagnol être vaccinée dès la fin du premier trimestre 2021. L'Espagne est le destinataire de 10% du volume total des doses précommandées par l'Union européenne.

"Une campagne sans précédent" en préparation en Italie

L'Italie, pays rudement frappé par la pandémie, affronte un enjeu particulièrement délicat: le quart de sa population nourrit une vision complotiste de l'origine du virus, un état d'esprit qui menace d'amoindrir l'adhésion populaire au vaccin. Samedi, cependant, le ministre de la Santé Roberto Speranza a dévoilé un plan ambitieux.

"La campagne se déroulera vers la fin janvier, quand nous espérons pouvoir avoir les premières doses destinées aux catégories les plus exposées", a-t-il déclaré au Congrès des pharmaciens italiens. Il a même évoqué une "campagne de vaccination sans précédent" impliquant "une mobilisation extraordinaire de toutes les forces en présence".

Le Royaume-Uni a le regard rivé sur Pâques 2021

Le Royaume-Uni mise essentiellement sur le vaccin AstraZeneca développé par les équipes de l'Université d'Oxford. Celles-ci viennent d'annoncer des résultats très encourageants. Quatre millions de doses sont déjà prêtes à la livraison, n'attendant plus que la délivrance de l'autorisation de mise sur le marché, et le Royaume-Uni a précommandé 100 millions de doses.

Le Premier ministre Boris Johnson a affirmé lundi soir, comme l'a rapporté la BBC, que la majorité des personnes ayant le plus grand besoin des vaccins seraient vaccinées d'ici "Pâques 2021". Les résidents et personnels des Ehpad auront droit aux premières doses, avant les employés des hôpitaux et les personnes âgées de plus de 80 ans. Ensuite, le vaccin descendra graduellement la pyramide des âges.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV