BFMTV
Santé

Covid-19: non, Pfizer n'a pas recommandé aux femmes enceintes de ne pas se faire vacciner

Une dose du vaccin Pfizer dans un centre de vaccination lyonnais.

Une dose du vaccin Pfizer dans un centre de vaccination lyonnais. - JEFF PACHOUD / AFP

Selon certaines internautes, la firme Pfizer aurait elle-même déconseillé son vaccin anti-Covid pour les femmes enceintes ou allaitantes. Des documents en réalité sortis de leur contexte original. Les autorités sanitaires incitent au contraire désormais ces femmes à se faire vacciner. En France, aucun problème les concernant n'a été signalé.

Scandale sanitaire ou nouvelle lubie complotiste? Ces derniers jours sur les réseaux sociaux, plusieurs documents présentés comme déclassifiés par Pfizer, l'un des principaux fabricants de vaccins contre le Covid-19, sont utilisés pour laisser penser que ces sérums seraient néfastes pour les femmes enceintes. Le tout relayé avec le hashtag #PfizerDocuments.

"Pour les femmes en âge de procréer, une grossesse doit être exclue avant la vaccination et il est conseillé aux femmes en âge de procréer d'éviter une grossesse pendant au moins deux mois après leur deuxième dose", est-il écrit sur le texte largement diffusé. Il est également indiqué que la vaccination n'est pas recommandée durant l'allaitement après l'accouchement.

Capture d'écran d'un des fichiers attribués à Pfizer publiés sur les réseaux sociaux
Capture d'écran d'un des fichiers attribués à Pfizer publiés sur les réseaux sociaux © BFMTV

Des informations qui, selon certains opposants à la vaccination, auraient été dissimulées par le géant pharmaceutique.

La vaccination est désormais recommandée pour les femmes enceintes

Des documents anciens et sortis de leur contexte

L'ensemble des documents actuellement relayés sur les réseaux sociaux ne sont pas le fait d'une fuite et n'ont pas été diffusés par Pfizer, mais par la FDA, l'agence américaine en charge de la mise sur le marché des médicaments, rappelle le journal Midi-Libre.

Quant aux captures d'écran concernant les femmes enceintes, comme celle visible ci-dessous, elles sont issues d'un document des autorités britanniques de régulation du médicament, note France Info - le texte, nullement caché, est d'ailleurs encore consultable en ligne. Mais il est daté: il s'agit de la version de décembre 2020, à l'époque où le vaccin Pfizer faisait ses débuts outre-Manche.

A la fin de cette année-là, les femmes enceintes n'étaient pas dans les publics ciblés par les autorités britanniques car aucune étude assez poussée n'avait été faite les concernant. Toujours selon France Info, la France avait dans un premier temps adopté la même prudence puisque la HAS (Haute Autorité de Santé) n'avait alors pas inclus les femmes enceintes dans sa campagne vaccinale.

"Aucun signal identifié"

Depuis la publication de ces préconisations fin 2020, les recommandations ont évolué. Ainsi, comme le précise encore France Info, dans la dernière version de leur avis, les autorités britanniques estiment "que l'administration du vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 pendant la grossesse ne doit être envisagée que lorsque les avantages potentiels l'emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus." Il n'y a plus de contre-indication à l'infjection du vaccin pour une femme enceinte.

"Plus de 104.000 femmes enceintes ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid en Angleterre et en Ecosse, et aucun problème relatif à la sûreté des vaccins n'a été relevé", insistent les autorités britanniques auprès de Reuters.

A l'échelle mondiale, l'OMS indique de son côté que "la vaccination d’une mère allaitante contre le Covid-19 ne présente aucun risque pour son enfant" et qu’elle "pourrait même contribuer à protéger leur bébé d’une infection par le virus." Un avis partagé par l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui martèle qu'il n'a été identifié "aucun signe d'un risque accru de complications pendant la grossesse, de fausses-couches, de naissances prématurées ou d'effets indésirables chez les bébés à naître après la vaccination par vaccin anti-Covid (à ARN messager)."

Pour ce qui est de la France, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) souligne qu'"aucun signal n’a été identifié chez les femmes enceintes et allaitantes avec l’ensemble des vaccins contre le Covid-19 disponibles en France".

Début janvier, on estimait que 29,8% les femmes enceintes n'avaient reçu aucune dose de vaccin contre le Covid-19 en France. "Un chiffre trop élevé au regard des risques", indiquait alors le ministère de la Santé. Sachant qu'il y a par exemple "22 fois plus de risques d'accoucher prématurément", "8 fois plus de risques de se retrouver en réanimation", ou encore "5 fois plus de risque que l'enfant aille en réanimation".

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV