BFMTV

Coronavirus: qui compose le comité de recherche qui va conseiller le gouvernement?

Image d'illustration d'un centre de dépistage du coronavirus

Image d'illustration d'un centre de dépistage du coronavirus - Andrew Theodorakis / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP -

Après la mise en place d'un conseil scientifique, pour aider à la gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, le gouvernement créé un comité de recherche, afin de progresser sur les diagnostics et les traitements de ce coronavirus.

Le président français Emmanuel Macron installera ce mardi à 17h au palais de l'Elysée le Comité analyse recherche et expertise (Care). Il réunit 12 chercheurs et médecins - 5 femmes et 7 hommes - qui auront pour tâche de conseiller le gouvernement sur les traitements et les tests contre le coronavirus, a indiqué la présidence.

Ce comité est différent du conseil scientifique de 11 personnes créé lui le 11 mars, et ayant pour but d'éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au Coronavirus", comme l'explique un communiqué du ministère de la Santé.

Une prix Nobel à la tête du Comité

"C'est grâce à la science et à la médecine que nous vaincrons le virus. Je réunis aujourd'hui nos meilleurs chercheurs pour progresser sur les diagnostics et les traitements. Notre effort de recherche est totalement mobilisé dans la lutte contre le Covid-19", a annoncé Emmanuel Macron dans un tweet ce mardi matin.

Le comité de recherche est présidé par Françoise Barré-Sinoussi, virologiste à l'Institut Pasteur et l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Cette biologiste est notamment connue pour son travail sur le virus du sida.

"En 1983, elle co-découvre, chez un patient atteint du sida, un rétrovirus qui sera appelé le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)", détaille le site de l'INSERM. Cette découverte et ses recherches sur le VIH seront récompensées d'un Prix Nobel de médecine en 2008.

Infectiologues et immunologiste

A ses côtés travailleront le cancérologue Jean-Philippe Spano, chef de service du département d’Oncologie médicale, à l’Hôpital de la Pitié - Salpétrière à Paris, et Dominique Valeyre, pneumologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny.

Trois infectiologues font également partie de l'équipe. Marie-Paule Kieny, directrice de recherche à l'Inserm, spécialisée en virologie et ancienne directrice adjointe de l’Organisation Mondiale de la Santé. Marc Lecuit, directeur adjoint du département des maladies infectieuses et tropicales à l’Hôpital Necker (Paris), et directeur de l’unité de Biologie des infections à l’Institut Pasteur. On retrouve Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Bichat (Paris), qui fait également partie du conseil scientifique.

L'immunologiste Sylviane Muller, ancienne directrice adjointe scientifique du CNRS, travaillera elle aussi sur la question du Covid-19. Elle est connue pour être à l'origine d'un traitement contre le lupus.

Spécialistes de la technologie médicale et anthropologue

Plusieurs spécialistes de la technologie médicale ont également été nommés dans ce comité, comme Franck Molina. Il est directeur de Sys2Diag, une unité de recherche dans le diagnostic médical, ainsi que dans l'ingénierie d'une nouvelle génération de dispositifs médicaux interactifs. Christophe Junot est lui chef du département médicaments et technologies pour la santé du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives ). Et Bertrand Thirion, qui dirige l'institut de convergence DataIA, et est spécialiste des données et de l'Intelligence Artificielle appliquées au domaine de la santé.

On retrouve dans ce comité Laetitia Atlani-Duault, anthropologue, médaillée de bronze du CNRS pour ses recherches en anthropologie critique de l’aide humanitaire. Et enfin Muriel Vayssier, directrice de recherche à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique), spécialisée dans la santé animale et la maladie de Lyme.

Salomé Vincendon