BFMTV

Coronavirus: que change le déclenchement du stade 3?

Le coronavirus vu au microscope

Le coronavirus vu au microscope - AFP

Le coronavirus circule maintenant "activement" sur "l'ensemble du territoire" français. Au regard de cette situation, le "stade 3" de l'épidémie a été annoncé par la direction générale de la santé.

Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, a annoncé ce samedi soir que la France passait au stade 3 du dispositif de gestion de l'épidémie de coronavirus. Cela signifie que le virus circule maintenant "activement" sur "l'ensemble du territoire". La France compte désormais 4.500 cas de contamination. 91 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie. 

"Nous sommes face à une épidémie débutante et rapide sur le territoire national, nous sommes donc désormais en stade 3", a-t-il déclaré au cours de son point presse. Nous devons désormais tout faire pour retarder, pour ralentir, pour écrêter cette courbe épidémique."

Concrètement, cela signifie que les autorités sanitaires visent maintenant à "atténuer les effets de la vague épidémique" en se focalisant sur les soins à apporter aux malades dans un état grave.

Ces différents stades ont été défini en 2011 dans un plan de prévention et de lutte "pandémie grippale", alors que la France était touchée par la grippe H1N1. Ce plan prévoir qu'au stade 1, le gouvernement lutte contre l'arrivée du virus sur le territoire, en cherchant à identifier les personnes contaminées pour les isoler. Au stade 2, il s'agit de "freiner la propagation du virus sur le territoire". Pour cela, on cherche à identifier les foyers de contamination et on prend des premières mesures.

Au stade 3, on ne cherche plus à identifier les malades, maintenant trop nombreux. On se concentre désormais sur la prise en charge des patients aux symptômes les plus graves. Le stade 4 marquera un retour à la normale. 

Un durcissement des mesures

Depuis le début de l'épidémie, la France avait déjà pris de nombreuses mesures pour limiter la propagation du virus: l'interdiction des rassemblements de plus de 1000 puis de 100 personnes, la fermeture des écoles, la suspension des visites aux personnes âgées dans les Ehpad, la demande à privilégier le télétravail etc. 

Ce samedi, le passage au stade 3 a été marqué par un durcissement drastique de ces mesures. Déplorant des Français trop peu respectueux des mesures de sécurité, le gouvernement, insistant sur l'importance de limiter au maximum les déplacements, a décidé de fermer tous les lieux publics "non essentiels" à partir de samedi minuit.

Depuis ce dimanche matin, les restaurants, bars, discothèques, cinémas restent donc portes closes. Seuls les magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac ou encore stations-essence sont autorisés à ouvrir. Les lieux de culte restent quant à eux ouverts mais les cérémonies n'ont plus lieu.

Des renforts du personnel de santé

Les autorités vont également continuer à mobiliser du renfort en personnels de santé pour éviter une éventuelle saturation du système sanitaire. Dans les hôpitaux, le gouvernement a par ailleurs déclenché le "plan blanc maximal", leur ordonnant ainsi qu'aux cliniques d'annuler toute chirurgie non urgente, pour accueillir le maximum de malades du coronavirus ; ils disposeront pour cela de "tous les moyens financiers nécessaires".

Des "cellules éthiques de soutien" devraient être mises en place dans les établissements pour aider les médecins obligés de choisir quels patients soigner en priorité si les services de réanimation étaient débordés par l'épidémie de coronavirus, selon les recommandations du Comité consultatif national d'éthique (CCNE).

Cyrielle Cabot