BFMTV

Coronavirus: les dépistages massifs commencent en Mayenne

Le plan d'action contre le coronavirus est renforcé dès ce lundi dans le département, alors que le nombre de contaminés à été multiplié par quatre en deux semaines.

Avec sept clusters identifiés et un nombre de cas confirmés multiplié par quatre depuis le 25 juin, la Mayenne inquiète. Le département de 300.000 habitants a donc lancé une campagne de tests massive, avec notamment l'installation de deux nouveaux centres de dépistage éphémères ce lundi, autour des communes de Laval et de L'Huisserie.

"L’ARS, la préfecture et l’Assurance-Maladie, en lien avec leurs partenaires renforcent leurs plan d’actions afin d’éviter tout rebond épidémique et interrompre les chaines de transmission interpersonnelles du virus", écrit l'Agence régionale de Santé Pays de la Loire.

Entre le 25 et le 30 juin en Mayenne, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 est passé de 54 à 109 puis de 109 à 219 entre le 30 juin et le 6 juillet. Selon le dernier bilan de l'ARS le 10 juillet, il atteint 255.

"Tester massivement dans les lieux à risques"

"Moi je pense que ce qui est bien c'est de mettre des drives autour des clusters ou dans les lieux où il y a des suspicions" a déclaré ce dimanche sur BFMTV, Olivier Richefou, président du conseil départemental de la Mayenne. "Il faut tester massivement dans les lieux où il y a des risques, et porter le masque."

Selon lui, il est impossible de tester toute la population de la zone, "quand on acinq drives avec deux ou trois lignes permettant de tester 1200 personnes par jour. Il faudra huit mois pour tester tout le monde, ça n'a pas de sens".

Un reconfinement n'est cependant "pas envisageable" pour Olivier Richefou. Des mesures ont été prises au niveau local, comme dans la ville de Laval, qui concentre plusieurs clusters. La municipalité a par exemple annulé des festivités d'été et rendu le masque obligatoire sur les marchés.

L'Assurance-Maladie a déjà envoyé à plus de 2000 personnes des bons de dépistage, explique l'ARS. Chacun donne le droit à un test virologique (test RT-PCR) - celui "qui permet de savoir si l’on est porteur du Covid-19 au moment du test" - et à un test sérologique, qui permet "d'identifier la présence d’anticorps et ainsi de savoir si l’on a été porteur du Covid-19".

A Laval et à L'Huisserie, dans les deux centres qui ouvrent ce lundi, pas besoin de bon ou d'ordonnance. Les habitants pourront venir se faire tester "gratuitement, sans rendez-vous, avec simplement sa carte d'identité ou sa carte vitale", explique lundi sur BFMTV le maire de la ville Florian Bercault.

"Casser les chaînes de transmission"

Les personnes porteuses du coronavirus doivent ensuite s'isoler, pour ne pas en contaminer d'autres. "L’ensemble de ces mesures et la participation au dépistage permettront ainsi de limiter la circulation du virus sur ce territoire, d’identifier et de casser les chaînes de transmission interpersonnelle du virus", écrit l'ARS, rappelant qu'il faut respecter les gestes barrières.

S'il encourage les Mayennais à la prudence, Olivier Richefou ne veut pas "exagérer la situation". "On est nécessairement inquiets quand la France nous regarde", déclare-t-il, mais "moi je voudrais aussi relativiser la situation, ces clusters on le sait sont partis essentiellement d'un abattoir".
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV